• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • Une ballerine noire d’une compagnie de danse allemande déclare qu’on lui a demandé de maquiller sa peau pour qu’elle soit blanche.

Une ballerine noire d’une compagnie de danse allemande déclare qu’on lui a demandé de maquiller sa peau pour qu’elle soit blanche.

La jeune femme a été victime de plusieurs actes racistes de la part sa maîtresse de ballet notamment. 

Le Ballet national de Berlin (Staatsballett Berlin) est l’une des compagnies de danse les plus réputées au monde et compte près de cent danseurs. A son arrivée il y a deux ans, Chloé Lopes Gomes est la première femme noire à l’intégrer. Elle doit cette opportunité à la volonté de l’ancien directeur artistique d’inclure plus de diversité dans la compagnie. La jeune femme a déclaré à l’époque lors d’une interview que bien qu’elle n’ait pas la tête de l’Allemande typique, en matière de danse la couleur de peau ne joue aucun rôle. Pourtant pendant deux ans, la danseuse essuie les remarques racistes et discriminatoires sans faire de scandale. Son contrat n’ayant pas été renouvelé et prenant fin cet été, elle a eu le courage de dénoncer ce qu’elle a subi. 

C’est le magazine allemand Der Spiegel qui révèle l’affaire en novembre dernier. Chloé Lopes Gomes raconte notamment avoir été victime d’acharnement de la part de sa maîtresse de ballet, dont elle avait entendu que cette dernière avait émis des réserves quant à sa couleur de peau. Lors de la représentation du “Lac des Cygnes” de Tchaïkovsky, sa maîtresse exige qu’elle se grime la peau de blanc. Chloé fait intervenir le directeur de l’époque qui demande qu’aucune des danseuses – même blanches – ne se poudrent et ce, même s’il s’agit d’une vieille tradition. Mais une fois le dos tourné, la maîtresse revient à la charge et Chloé est contrainte d’obtempérer. “Je me suis sentie humiliée”, confie-t-elle dans les colonnes du New York Times. La jeune française a subi d’autres incidents racistes similaires. En septembre, elle les énumère dans une lettre signée de certains de ses collègues et la présente à la direction de la compagnie.

De possibles sanctions 

La nouvelle directrice, choquée d’apprendre les mésaventures de Chloé, a tenu à réaffirmer que la compagnie est “une maison ouverte et diversifiée, que la discrimination n’y est pas tolérée et que chacun doit contribuer à un climat de transparence et de communication”. Elle a ajouté que ces incidents “seront examinés et que, si nécessaires des mesures seraient prises conformément au droit du travail”. La maîtresse de ballet quant à elle, a présenté ses excuses à Chloé et a déclaré qu’elle n’avait pas conscience que ses mots pouvaient la heurter. 
L’année 2020 marque un tournant dans l’Histoire de la culture du ballet, en octobre dernier, près de 400 membres du personnel de l’Opéra de Paris ont signé une lettre ouverte contre le racisme. Le manifeste soutenu par un quart du personnel demandait l’interdiction du blackface lors des représentations, mais aussi du mot « Nègre » dans les opéras et les ballets; il déclare également que les chaussons de danse et les collants des danseuses doivent correspondre à la couleur de leur peau. Le personnel a également appelé à la fin du « silence qui entoure » le racisme.

Naomi Mackako

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video