QUEL AVENIR POUR LES BANQUES AFRO-AMÉRICAINES ?

Les banques afro-américaines sont-elles condamnées à disparaitre ? Les récentes données du fonds de garantie des dépôts (FDIC) confirment qu’actuellement on compte 23 établissements bancaires de cette communauté aux États-Unis alors qu’on en comptait 134 autres banques afro-américaines après l’ouverture de la toute première en 1888. Toute chose qui ne présage pas de bonnes perspectives.

Pourtant tout avait bien démarré lorsqu’en 1888 Capital Saving Bank ouvre avec un rendement supérieur à 300.000 dollars de dépôt en 4 ans d’exercice. Il s’en suit alors une croissance exponentielle de banques afro-américaines qui naissent pour la plupart au sein des quartiers noirs.

Seulement, la crise économique de 2008 est passée par là, ce qui a eu pour conséquence d’affaiblir ces banques avec le renforcement des réglementations. Après le passage des régulateurs, Seaway Bank and Trust vient de fermer ses portes. Cette banque faisait le bonheur de la communauté africaine dans sa localité. Néanmoins, elle était mise en vente malgré toutes les tentatives de sauvegarde au final.

En outre, la loi anti-ségrégation des années 70 a également favorisé l’intégration de la communauté noire dans les établissements bancaires traditionnels aux États-Unis, au détriment des « Black Bank ». Selon certains analystes du secteur bancaire, en 2030 les « Black Bank » vont totalement disparaître.

Avec 5,5 milliards de dollars d’actions, ces institutions financières représentent une infime partie de l’offre bancaire américaine. Cependant, leur disparition va certainement engendrer l’oppression des services bancaires adaptés à la population modeste afro-américaine.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook