• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • ASSA TRAORÉ, UN PILIER POUR LA FAMILLE, UN EXEMPLE DE DÉTERMINATION

ASSA TRAORÉ, UN PILIER POUR LA FAMILLE, UN EXEMPLE DE DÉTERMINATION

Depuis les événements du 19 juillet 2016 qui ont mené à l’assassinat par la gendarmerie d’Adama Traoré, un leader dans le camp Traoré a émergé, Assa Traoré.

Il est coutume de dire, derrière un grand homme se cache une femme, chez les Traoré, il n’en est rien. Bien au contraire, Assa Traoré, cette jeune femme mène le combat, dirige ses troupes contre tout un système qui, aujourd’hui a décidé de faire preuve de lâcheté et d’irresponsabilité, devant l’ignominie de ses actes.
Avec le courage d’une lionne, Assa Traoré se bat, jour après jour pour qu’enfin la vérité éclate et soit assumée par les autorités françaises. Mais au fait, qui est-elle ? Où va-t-elle chercher ce courage et cette détermination sans faille ?

Assa Traoré, 32 ans, mère de trois enfants, est la porte-parole d’une famille « nombreuse et soudée ». Dix-sept frères et sœurs, issus de quatre mères. D’emblée, il faut dire qu’Assa Traoré n’est pas au-devant de la scène par hasard. Dès son plus jeune âge, elle a dû prendre sur elle d’assumer le rôle parental. En effet, leur père, Makan Traoré atteint d’un cancer des poumons meurt brutalement à 56 ans. La jeune fille âgée de seulement 14 ans, alors, prend les rênes du foyer, pour soulager sa mère, soutenir ses frères. « J’ai fait tous les papiers, je courais partout, j’allais aussi à l’école, mais je n’en ai même plus le souvenir tant j’étais préoccupée » raconte-t-elle. Sans donc véritablement avoir le choix, Assa Traoré doit s’improviser parent et prendre soin des siens, elle dit d’ailleurs à propos d’Adama qui au moment du décès de leur père n’a que 7 ans et de ses autres frères « Je l’ai élevé, lui, les autres aussi, Bagui, Youssouf, ils sont comme mes premiers enfants ». Leur avait adressé à ses 17 enfants une ultime recommandation : « S’il arrive malheur à l’un d’entre vous un jour, il faudra compter sur la fratrie. »

Des mots de sa mère, la jeune femme est une guerrière. Qui pourrait dire le contraire ? Elle fait preuve d’une détermination sans faille, ne laisse rien transparaître, en tout cas pas de façon démesurée. Le moment des larmes viendra, mais pour l’heure, il faut raisonner, analyser, et elle s’y prend plutôt bien. Le diable se cache dans les détails, elle l’a bien compris.

Lorsque ses frères sont interpellés pour outrage à agent, violences et menaces de mort, elle ne se laisse pas submergé par l’émotion, au contraire, elle analyse « Une policière municipale prétend notamment avoir subi une ITT (interruption temporaire de travail) de huit jours après un coup-de-poing qu’elle aurait reçu de mon frère Bagui. Il apparaît pourtant clairement dans le dossier qu’elle a obtenu une ITT d’un jour seulement suite à des projections de gaz lacrymogènes venant… d’elle-même. Et ce sont mes frères qui sont en prison ? ».

Et si elle est au-devant de la scène, Assa Traoré n’oublie pas qu’elle n’est pas toute seule. « Assa nous consulte tout le temps[…] nous sommes sa force. À Grenoble, à Lyon, à Bordeaux, à Beaumont, à Paris, nous mettons toutes nos énergies dans les mobilisations locales, et cela essaime », raconte son grand frère Lassana. Ce rapport de cohésion, cette concertation permanente de la famille constitue de toute évidence une force pour cette dernière. La jeune femme qui ne se perd pas dans ces mots, ne se perd pas dans son combat. Elle sait ce qu’elle défend et comme elle-même le dit, son sujet, c’est Adama et pas un autre. « Je parle exclusivement au nom des miens, et non de toutes les familles de victimes de bavures policières, même si l’histoire d’Adama ressemble à tant d’autres » dit-elle.

La jeune femme est droite dans ses bottes, ne craint personne. « Nous ne discutons pas avec des gens qui relaient des propos selon moi racistes » répond-elle à l’invitation de la maire UDI de Beaumont-sur-Oise, Nathalie Groux qui avait relayé un message à caractère raciste et qui voulait porter plainte contre elle. La possibilité d’une rencontre avec le Président de la République, « non merci » dit-elle.

Dotée d’un calme froid et d’un sourire froid, elle use de chaque mot avec parcimonie et précision. Une chose est sure, Assa Traoré est aujourd’hui, à bien des égards une inspiration pour toutes les femmes, mais pas que. Elle entend réclamer sinon même, contraindre la République à lui donner sa part de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, à elle et sa famille, notamment son petit frère et fils Adama Traoré.

Il y a quelques jours, Assa Traoré a publié un livre de combat « Lettre à Adama »aux éditions du Seuil pour faire reconnaître la violence policière. Les bénéfices tirés de l’ouvrage seront entièrement reversés au combat judiciaire.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook