• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • Alexander Jones un ancien agent SAIMR :  » Nous avons propagé le VIH/sida en Afrique du Sud »

Alexander Jones un ancien agent SAIMR :  » Nous avons propagé le VIH/sida en Afrique du Sud »

Dans une confession choquante, filmée dans un nouveau documentaire Cold Case Hammarskjöld, un ancien membre des services de renseignement de l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud a déclaré que le virus du sida et d’autres maladies s’étaient délibérément répandus parmi la population dans le but de tuer autant de Noirs que possibles.

Sa confession, considérée comme la partie visible de l’iceberg, a ravivé le débat autour du phénomène du sida en Afrique. Cold Case Hammarskjöld a été produit par Mads Brügger (danois) et Göran Björkdahl (suédois). Le documentaire examine le cas de l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Dag Hammarskjöld, décédé dans un accident d’avion mystérieux près de Ndola, en Zambie, en 1961.

Au cours de la réalisation du nouveau film, les enquêtes de Brügger et Björkdahl les ont conduits à Alexander Jones un ancien agent de l’époque de l’apartheid qui a avoué que lui et ses collègues de l’Institut sud-africain de recherche maritime (SAIMR) qui avait organisé les formes de violence en Afrique dans les années 70 et 80 ont délibérément propagé le virus du VIH/SIDA dans la région de l’Afrique australe : « Nous étions en guerre. Les Noirs d’Afrique du Sud étaient les ennemis », a déclaré Jones aux réalisateurs.

Jones a également révélé que SAIMR opérait en dehors de l’Afrique du Sud. « Nous avons été impliqués au Mozambique dans la propagation du virus du sida par le biais de conditions médicales », a-t-il déclaré dans le film, révélant qu’il s’était rendu dans un centre de recherche dans les années 1990 qui avait été utilisé « à des fins d’expérimentation sinistre » et que son objectif était d’éliminer le noir considéré comme un « virus ».

Des sources sud-africaines ont déclaré que SAIMR était également lié au programme notoire de guerre chimique et biologique du pays dirigé par le Dr Wouter Basson, programme que les racistes de l’apartheid utilisaient comme couverture pour tuer les Noirs en Afrique du Sud (et au-delà) ou leur causer de graves préjudices. La « zone opérationnelle » des racistes était ce que l’on appelait auparavant les « États de la ligne de front », désormais connue simplement sous le nom de région de la SADC.

Sarah Kossonou 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook