• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • AÏSSA MAÏGA : « C’EST RARE AU CINÉMA QU’UNE FEMME NOIRE NE SOIT PAS VICTIME »

AÏSSA MAÏGA : « C’EST RARE AU CINÉMA QU’UNE FEMME NOIRE NE SOIT PAS VICTIME »

« T’es belle pour une Noire ! » C’est le compliment empoisonné qu’a souvent reçu Aïssa Maïga. Cette actrice tant appréciée par le public français notamment pour son film à succès « Les Poupées Russes » et le téléfilm « Mortel Été », pour lequel elle a d’ailleurs reçu le Prix d’in­ter­pré­ta­tion fémi­nine au Festi­val du film de télé­vi­sion de Luchon en 2013. Mais le chemin de la réussite n’a pas été facile pour Aissa aujourd’hui âgée de 41 ans.

Née le 25 mars 1975, à Dakar au Sénégal, Aïssa quittera dès 1979 sa terre natale, avant d’aller s’installer à Paris avec son père, alors qu’elle n’a que 4 ans. Âgée de 8 ans, la belle Aissa devient brutalement orpheline. Son père d’ori­gine malienne, jour­na­liste poli­tique à Jeune Afrique, qui jusqu-là l’avait élevée seul, sera assassiné, par empoisonnement, lors d’un de ses voyages au Burkina Faso. Aïssa est alors confiée par son oncle et sa tante dans le 12ème arron­dis­se­ment de Paris. Sa mère quant à elle ne réapparaîtra dans la vie de la jeune femme qu’une dizaine d’année après le drame de sa vie.

Dès l’age de 14 ans, Aïssa se prend de passion pour la comédie. Elle trouvera d’ailleurs bien vite sa place dans la comé­die musi­cale La nuit la plus longue aux Folies Bergères, montée par une de ses anciennes profes­seurs. Confor­tée dans son choix, elle suit des cours de théâtre au Conser­va­toire de Saint-Denis après le bac, puis obtient son premier rôle dans un court-métrage, Le Royaume du passage. Commencera alors pour elle le long chemin qui la mènera vers le succès.

Son premier long-métrage aux côtés d’Yvan Attal en 1996, Saraka Bô, lui permet de convaincre un agent et d’aban­don­ner son travail de serveuse. Son parcours est jalonné de rencontres avec de pres­ti­gieux réali­sa­teurs tels que Michael Haneke (Caché en 2003), Claude Berri (L’un reste, l’autre part en 2004) ou encore Cédric Klapisch en 2004 qui lui permet de se faire connaître du grand public avec le succès des Poupées Russes. En 2006, elle joue dans Bamako, rôle pour lequel elle obtient une nomi­na­tion pour le César du meilleur espoir fémi­nin. La même année elle joue dans Prête-moi ta main aux côtés d’Alain Chabat, qui lui offre quelques années plus tard un rôle dans son film Sur la route du Marsu­pi­lami (2012). Elle appa­raît égale­ment sur le petit écran et reçoit le Prix d’in­ter­pré­ta­tion fémi­nine pour le télé­film Mortel été au Festi­val du film de télé­vi­sion de Luchon (2013).

À ce jour, la jeune femme est une mère comblée avec ses deux fils , Sonni (né en 1997) et Kwameh (2003) avec son ancien compa­gnon Stéphane Pocrain, chro­niqueur TV et membre actif du Parti Socia­liste.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook