AFRIQUE DU SUD : LE NUCLÉAIRE OU RIEN !

L’Afrique du Sud compte lancer un important programme nucléaire dans les prochaines années. La construction de sept à huit centrales pour palier à ses problèmes d’énergie. Un projet ambitieux de plusieurs dizaines de millions d’euros. Après l’Ethiopie qui nourrit des rêves énergétiques nucléaires, l’Afrique du Sud veut relancer son programme nucléaire. Ce jeudi au parlement sud-africain, en dépit d’une forte contestation, et même d’une décision de justice annulant un accord passé avec la Russie, Jacob Zuma a martelé que le nucléaire civil viendrait s’ajouter au mix énergétique pour assurer l’approvisionnement en électricité.

« Le gouvernement compte poursuivre le programme nucléaire, car l’énergie nucléaire est la forme la plus propre et la plus fiable de mélange énergétique »,a indiqué Jacob Zuma, le président sud-africain. « Le programme nucléaire est un investissement dans la sécurité énergétique de l’Afrique du Sud », a-t-il lancé.
L’Afrique du Sud qui possède déjà deux centrales nucléaires, tente de relancer son programme nucléaire civil à l’arrêt depuis 2010. Depuis plus d’un an, le gouvernement Zuma essaie de conduire un programme pour la construction de 6 à 8 réacteurs nucléaires pour un coût estimé à 1 000 milliards de rands, soit quelque 70 milliards de dollars.

Dans la poursuite de cet objectif destiné à accroître la capacité électrique du pays, le gouvernement avait lancé un appel d’offres international auquel avait souscrit la Russie, la Chine, la France et la Corée du Sud. Mais en avril dernier, la Haute-Cour du Cap occidental avait bloqué un accord de coopération signé avec la Russie, avec de supposés dessous de table, pour lui octroyer le marché. « Il n’y a pas eu de pré-arrangement avec la Russie», s’est défendu le président sud-africain qui a nié catégoriquement des rétro-commissions russes accordées à des membres de sa famille.

Pour le moment, Jacob Zuma ne serait pas près d’abandonner sa décision. Il compte poursuivre le programme nucléaire civil qui devrait venir compenser la pénurie d’électricité. Mais les détracteurs du projet soulignent que la poursuite de ce projet pourrait mettre à mal les finances publiques. Pire, ils s’interrogent même sur le fait que le gouvernement n’ait pas choisi des sources d’énergies plus vertes que le nucléaire et les dangers auxquels il expose.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video