• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • AFRIQUE : NOS DIRIGEANTS EXPLOITENT-ILS DÉLIBÉRÉMENT LES PAUVRES?

AFRIQUE : NOS DIRIGEANTS EXPLOITENT-ILS DÉLIBÉRÉMENT LES PAUVRES?

Cela a semblé être le cas dans au moins deux incidents récents impliquant des expulsions massives de familles pauvres de terres gouvernementales. À Kibera, au Kenya, certains habitants ont été expulsés de force pour ouvrir la voie à la construction de la route de liaison entre les routes de Langata et de Ngong. Bien qu’il semble y avoir eu quelques discussions initiées pour aider à délocaliser ces gens de ce qui apparemment a toujours été une réserve routière, ils se sont néanmoins réveillés au choc brutal des bulldozers rugissants aplatissant leurs humbles demeures. Toutes les assurances qu’elles ne seraient pas expulsées de force se sont avérées illusoires.

Ce cas, se produit souvent partout en Afrique, en Côte d’Ivoire, à Abidjan, il y a quelque mois, des centaines des familles ont vécu à de tels agissements, ce qui a mis en colère certains jeunes qui ont tout perdu sans compensation, malheureusement, c’est passé inaperçu. Avec le motif d’urbanisation, plusieurs familles pauvres sont meurtries du fait de voir leurs logements démolis.

Dans un incident similaire, les habitants de la forêt de Mau, au Kenya toujours se sont retrouvés dans l’étonnement lorsque deux groupes de représentants du gouvernement leur ont rendu visite avec des instructions contradictoires. Une équipe les a avertis qu’ils devaient déménager ou être expulsés de force. Une autre équipe puissante les a encouragés à rester sur place, leur assurant que rien ne se passerait tant qu’ils ne seraient pas indemnisés ou déplacés vers un autre endroit.

« Ils ont été choqués quand un contingent lourdement armé de forces de l’ordre a démoli leurs habitations et en a mis le feu. Destitués et dévastés, ces pauvres habitants de Mau furent finalement laissés à leur propre sort alors que la politique occupait le devant de la scène. A Kibera comme à Mau, les habitants semblent avoir été pris dans des jeux politiques dont ils n’avaient aucune idée ou intérêt. Comme des pions dans un jeu à enjeux élevés, ils étaient utilisés pour marquer des buts politiques qui n’avaient absolument rien à voir avec leur. La triste réalité est que de tels incidents ne sont pas isolés, étant particulièrement commun dans la saison des élections – qui malheureusement pour le Kenya, est toujours. C’est une situation dans laquelle les efforts légitimes du gouvernement pour exécuter son mandat sont détournés par des opportunistes qui veulent gagner du terrain politique. » affirme le site local d’information Standard Media.

Une fois qu’ils identifient une opportunité potentiellement à haut rendement, ils émergent des boiseries comme des messies pour les pauvres. Ils arriveront alors sur les lieux avec une tragédie – se prosternant parfois devant des camions de police, des bulldozers ou des troupes venus faire respecter la loi, dans une apparente solidarité avec les victimes ciblées. Dans le processus, ils gagnent grand de ces pauvres qui croient d’une certaine manière que dans ces acteurs, ils ont de vrais défenseurs. Malheureusement, une fois que les mêmes politiciens sont arrivés au pouvoir, ils se rendent vite compte que la chose à laquelle ils s’opposent est importante pour leur succès dans le leadership. Ensuite, le cycle recommence.

Il ne fait aucun doute que les expulsions de Kibera et de Mau sont légitimes et dans le bon sens. Le besoin d’un réseau routier efficace à Nairobi est un déficit qui doit être comblé rapidement si la ville n’a pas à s’arrêter. Les deux routes Langata et Ngong sont des artères critiques qui ont été obstruées depuis longtemps et aucun effort pour faciliter la circulation ne peut être embauché. De même, la déforestation de Mau est un désastre que paieront les kenyans cher s’ils n’agissent pas rapidement pour sauver ce qu’il en reste. En cela, nous devons soutenir le gouvernement dans ses efforts pour préserver notre avenir. Pourtant, la façon dont ces projets ont été traités révèle les conséquences d’une mauvaise politique et peut-être d’un leadership médiocre.

Comment se fait-il que, dans les deux cas, le gouvernement ait non seulement autorisé des entreprises légitimes, mais aussi construit des écoles dans ce qui s’avère être une terre illégitime? Comment le gouvernement a-t-il émis des titres de propriété pour ses citoyens dans ce qui est évidemment un château d’eau critique? Et après cela, si cette terre devait être reprise, pourquoi les habitants ne seraient-ils pas relocalisés avec l’humanité? Cela semble avoir attiré la colère de beaucoup.

Dans la saga de Kibera, il y avait apparemment un plan d’action de réinstallation convenu qui devait être suivi pour assurer la réinstallation en toute sécurité des personnes affectées. En conséquence, les écoles ne devaient pas être démolies avant la fin de l’année scolaire. Malheureusement, aucun de ces accords n’a été honoré. Bien que les comparaisons ne soient pas pertinentes, on ne peut s’empêcher de se rappeler que lorsque le chemin Mombasa devait être agrandi, plusieurs bâtiments commerciaux haut de gamme ont été marqués pour démolition. La communauté des affaires est née à l’unisson et a protesté avec succès contre les démolitions. Le gouvernement s’est rétracté et le projet semble avoir été abandonné. Il est donc très regrettable que, dans le cas des pauvres et des démunis, ils subissent les conséquences du drame en haut lieu. Ce qui pose la question – qui parlera pour les sans voix?

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook