AFRIQUE: QUAND LA CHINE PRESSE LES ÉTATS-UNIS

Depuis que la chine et la Russie interviennent de plus en plus sur le continent africain, l’Europe et les États-Unis perçoivent cela comme une menace. Cette présence de la Chine et de la Russie sur le continent africain, les poussent à trouver plus de stratégie pour séduire cette fille appelée Afrique qui de plus en plus a l’air d’être plus intéressée par les propositions de la Chine et de la Russie.

En Centrafrique, face à la présence militaire et l’efficacité de la Russie, la population locale a vomi la France qu’elle considère être à la base de son malheur. Même le président centrafricain Touadéra a montré à plusieurs reprises son désamour à la France.

En Djibouti, il y a de cela quelques semaines, les Etats-Unis ont accusé les militaires chinois présents sur le territoire djiboutien avoir utilisé une technologie ayant causé à distance des blessures a certains soldats américains.

De plus en plus, l’Afrique échappe à ses anciens bourreaux qui visiblement sont prêts à tout pour avoir la main mise sur elle. C’est le cas de la loi Build Act des Etats-Unis. Le projet a été porté par un vote majoritaire de 93 contre 6 au Sénat. Ceci pour la mise en place d’un fond dénommé USIDFC (US International Development Finance Corporation).

Ce nouveau fond est doté de 60 milliards de dollars. Ceci en réponse à la chine qui ne cesse de multiplier ses investissements sur le continent et dont le président a en septembre dernier lors du Forum sur la coopération Chine-Afrique annoncé une enveloppe de 60 milliards de dollars pour le développement de l’Afrique.

Mais l’Afrique a-t-elle besoin de financement extérieur pour son développement ?

Il n’est pas difficile de trouver la réponse à cette question.
Le continent regorge de tout ce qu’il faut pour son développement.
Les aides financières extérieures ne permettent pas en réalité au continent de se développer.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook