AFFAIRE THÉO : 1 AN APRÈS LES FAITS

Retour sur l’affaire Théo, 1 an après un contrôle qui tourne mal

Europe 1 révèle la vidéo de l’arrestation de Théo par les policiers, le 2 Février 2017 à Aulnay Sous-Bois.

Les images enregistrées par les caméras de surveillance de la ville d’Aulnay-sous-Bois, nous montre clairement l’interpellation agressive des policiers face au jeune garçon essayant de se débattre.

Sur la vidéo, nous apercevons que c’est après un rapide contrôle d’identité par les agents que la situation se complique.

« Théo perd sa veste et se retrouve en tee-shirt, son pantalon tombe également, laissant voir son caleçon. Se débattant, il finit à terre» cite le Nouvelobs.

Lorsqu’un des policiers l’asperge de bombe lacrymogène, le jeune homme refuse de se faire menotter. C’est à ce moment précis que l’agent est intervenu en lui donnant un coup de matraque dans les fesses. Effondré de douleur, c’est avec un bâton télescopique, que l’agent a provoqué cette grave blessure à l’anus du jeune homme.

Analysée par les enquêteurs de l’Inspection générale de la police, la vidéo a également été soumise à la procédure judiciaire.

Théo a maintenu le fait que l’acte du policier était purement volontaire, mais a finalement reconnu que ça n’était pas l’agent qui avait baissé son pantalon. Le bas de son jogging « a glissé tout seul car il était trop grand et mal attaché » a avoué Théo.

« Acte de torture », c’est ainsi que les avocats de Théo veulent requalifier les faits.

Selon deux formateurs de la police, spécialistes en maniement du bâton télescopique de défense, qui ont également visionné la vidéo, l’action se justifie par « la volonté du policier d’exercer un point de pression au niveau des parties charnues des fesses« , geste préconisé « pour créer une déstabilisation physique et maîtriser le récalcitrant d’après Europe 1.

Un an après les faits, les trois policiers qui étaient mis en examen pour violences volontaires ont été réintégrés. Quant au quatrième policier, il est toujours suspendu pour viol aggravé.

Une probable confrontation dans le bureau de la juge aura lieu dans les plus brefs délais à Bobigny.

En attendant Théo risque d’être blessé à vie.

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook