AFFAIRE MOHAMED: LES POLICIERS ONT FAILLI À LEUR MISSION

Le mercredi 02 mai 2018, pendant qu’il discutait avec un ami dans le centre de Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine), Alassane reçoit dans l’épaule un projectile tiré depuis une fenêtre par un voisin dérangé par le bruit. Ayant appris la nouvelle, son grand frère Mohamed se précipita sur les lieux. Mais avant son arrivée, des agents de la police étaient déjà là et un attroupement de curieux s’installe.
Mohamed cherchait à savoir ce qui s’est passé quand un agent de police lui ordonne de dégager. Mais il ne se voyait en aucun cas quitter les lieux sans comprendre pourquoi son jeune frère se retrouve au sol. Du coup, l’agent de la police s’en prend à Mohamed.

Comme je ne voulais pas dégager alors que mon frère avait été blessé, il m’a ceinturé et plaqué contre le sol. Il a commencé à m’étrangler et à m’étouffer avec ma capuche.

A affirmé Mohamed.

Ainsi, en quelques secondes, Mohamed est passé du curieux dont le jeune frère est atteint par un projectile à un pauvre violenté dont le crime est la curiosité. Peut-être que le policier a voulu lui attribuer le tir du projectile.Mohamed souffre de drépanocytose et la violence dont l’agent de police faisait usage sur lui pourrait avoir de graves conséquences.

Mohamed souffre de drépanocytose et la violence dont l’agent de police faisait usage sur lui pourrait avoir de graves conséquences.

J’ai commencé à ne plus parvenir à respirer. Comme mes amis sont au courant de ma maladie, ils sont parvenus à me tirer de là pour me libérer.

Si les amis de Mohamed n’avaient pas fait usage de la force pour le libérer, il pourrait avoir une crise de tétanie.
Les policiers de leur côté ont fait usage de grenade et l’un d’entre eux a fait usage de son arme pour émettre des tirs de sommations. Mohamed prend alors la fuite jusqu’à l’immeuble voisin.

J’ai sonné à tous les interphones, mais les policiers m’ont retrouvé avant que quelqu’un n’ouvre la porte… C’est à cet endroit qu’ils ont fini par me rouer de coups. Ils m’ont dit : « Tu vas mourir sale noir ! » 

Mohamed a été menotté et conduit au commissariat de Sèvres où il a été enfermé. Quelques instants après, il fait un malaise et a été transporté à l’hôpital.

D’après le rapport du médecin, Mohamed a reçu des coups au visage, au niveau de l’articulation mandibulaire gauche, au front avec chute, mais sans perte de connaissance ; une fois au sol il a reçu des coups de genou au niveau des cotes (arc antérieur de la 7ème à la 10ème cote droite et cote gauche) ; il a reçu également des coups de matraque au niveau de l’épaule gauche ainsi qu’au niveau de la cuisse droite ; en complément, il a été mordu au niveau du pouce gauche avec une surinfection au niveau d’une plaie cutanée péri-unguéale avec pu au niveau de l’orifice. Visiblement, un des policiers a confondu le pouce de Mohamed à une brochette.

Les policiers affirment qu’un agent a eu deux doigts cassés ayant entraîné une incapacité totale de travail évaluée à 21 jours et ils ont porté plainte contre Mohamed, deux de ses frères et un de leurs amis pour violences et rébellion. Les quatre hommes seront jugés le 19 juin au tribunal de Nanterre.

En attendant d’être jugé, les quatre hommes ont de leur coté porté plainte contre les policiers et l’IGPN a été saisi.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook