• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] VICTORIN LUREL VEUT « FAIRE VIVRE LE PROCESSUS DE DÉCOLONISATION » EN NOUVELLE CALÉDONIE

[ACTUALITÉ] VICTORIN LUREL VEUT « FAIRE VIVRE LE PROCESSUS DE DÉCOLONISATION » EN NOUVELLE CALÉDONIE

Victorin Lurel, ministre des Outremers attendu ce jeudi à Nouméa, a déclaré qu’il voulait « faire vivre le processus de décolonisation » en cours en Nouvelle-Calédonie, sans se positionner pour ou contre l’indépendance.
« Quelle que soit la majorité politique, nous devons faire vivre ce processus de décolonisation que prévoit l’accord de Nouméa », a déclaré mercredi le ministre, au quotidien Les Nouvelles Calédoniennes.

Attribuant à l’Etat, un rôle « d’arbitre qui doit rester à équidistance » (des non-indépendantistes et des indépendantistes, ndlr), il a taclé sans le citer l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, qui avait exprimé sa préférence pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie française.
« Quelquefois, les autorités oublient leur neutralité. On a vu par le passé certains hauts responsables nationaux dire qu’ils préféraient voir la Nouvelle-Calédonie rester dans la République française. Chacun a ses alliances et ses postures », a-t-il déclaré.

Victorin Lurel effectue à partir de jeudi sa première visite en Nouvelle-Calédonie, où entre 2014 et 2018 un référendum d’autodétermination doit être organisé.
L’essentiel de son déplacement sera consacré à la préparation du comité des signataires de l’accord de Nouméa, prévu le 6 décembre à Paris. A cet égard, il a précisé que le président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recevraient chacun les dirigeants calédoniens.

Le comité des signataires, qui est annuel, se déroulera sur fond de divisions au sein des deux grandes familles politiques calédoniennes: la droite non-indépendantiste et les indépendantistes kanaks.
Ces querelles ralentissent la mise en oeuvre des fondamentaux de l’accord de Nouméa, tels que les transferts de compétences et l’émergence d’une communauté de destin entre les différents groupes ethniques.
« Il faut prendre garde à la cohésion de la société calédonienne. La jeunesse, parfois en déshérence ou en marge, n’a pas toujours la même modération que les ainés », a déclaré Victorin Lurel.

Source : DomtomNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook