• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] UN RAPPORT MET EN GARDE CONTRE LA FAILLITE DES AGRICULTEURS EN AFRIQUE

[ACTUALITÉ] UN RAPPORT MET EN GARDE CONTRE LA FAILLITE DES AGRICULTEURS EN AFRIQUE

Un rapport met en garde contre la faillite des agriculteurs en Afrique

Face au climat, les terres africaines sont en dangers, provoquant la faillite des agriculteurs, plus précisément des petits producteurs. Un rapport de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) a été présenté, mardi 2 septembre, au Forum africain pour la révolution verte, à Addis-Abeba (Éthiopie) afin de lutter contre cette sécheresse.

Les producteurs de denrées alimentaires sont submergés par le rythme et la gravité des changements climatiques. Il faudrait ainsi concevoir une « agriculture intelligente face au climat » selon les auteurs du rapport de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), autrement dit, de rendre plus résistantes les terres afin qu’elles puissent faire face aux changements climatiques.

« ASSURER LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE »

« Pour que nos agriculteurs soient productifs et assurer la sécurité alimentaire, nous devons renforcer la résilience pour les aider à atténuer l’effet des changements climatiques », a indiqué David Sarfo Ameyaw, un des auteurs du rapport. Et il précise: « le changement climatique est un fait auquel nous devons faire face, surtout ici en Afrique ».

L’agriculture est présentée comme étant un remède afin de combattre la pauvreté ainsi que la faim en Afrique. Cependant, ces changements climatiques sont une réelle menace pour la sécurité alimentaire du continent. En effet, le nombre de personnes souffrant de malnutrition en Afrique subsaharienne augmentera de 40 % d’ici à 2050, et touchera 355 millions de personnes.

PRÉSERVER L’EAU DE PLUIE
Les efforts seront concentrés sur la préservation de l’eau. 98 % des terres en Afrique vivent de la pluviométrie. « Par conséquent, afin de construire un système intelligent face au climat, nous devons trouver un moyen de préserver l’eau par la pluie récoltée », a observé David Sarfo Ameyaw. « Nous devons aider les agriculteurs à être en mesure d’adopter de bonnes pratiques pour la gestion des terres et d’améliorer les stocks de semences, avec des variétés résistantes à la sécheresse ».

Les résultats ont été présentés au Forum africain pour la révolution verte, qui se tient actuellement à Addis-Abeba (Éthiopie). Près de 1 000 délégués, dont des chefs d’État et de gouvernement, des chefs d’entreprise et des scientifiques, sont présents à cette réunion qui se termine ce jeudi 4 septembre.

Source : La Croix

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook