• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] TROIS JEUNES MALIENS OBTIENNENT GAIN DE CAUSE CONTRE ADM, CARGILL ET NESTLÉ POUR TRAVAIL FORCÉ SUR MINEURS

[ACTUALITÉ] TROIS JEUNES MALIENS OBTIENNENT GAIN DE CAUSE CONTRE ADM, CARGILL ET NESTLÉ POUR TRAVAIL FORCÉ SUR MINEURS

C’était en 2005, des milliers de personnes travaillaient pour Nestlé dans des plantations de cacao en Côte d’Ivoire, dont trois jeunes maliens, qui avaient porté plainte contre Archer Daniels Midland (ADM ) , Cargill et Nestlé, les accusant de travail forcé impliquant des mineurs.
Les trois hommes n’ont pas encore obtenu réparation, mais juste une petite victoire vu qu’il s’agit juste de la possibilité d’être entendu dans un tribunal de Californie.

La plainte a d’abord été déposée en Juillet 2005 par le « Washington-based International Labor Rights Fund » ( ILRF ) et « Global Exchange », qui est basée à San Francisco. Il s’agit d’organismes sans but lucratif qui ont enregistré une vidéo du témoignage des trois maliens dans laquelle ces derniers ont déclaré qu’ils avaient été attirés près de la frontière entre 1994 et 2000 avec la promesse d’un travail facile et de bons salaires.

Les jeunes hommes, âgés à l’époque de 12 à 14 ans lors de leur première embauche, travaillaient comme des esclaves, soit 12 à 14 heures par jour et sans salaire . « Ils travaillaient souvent avec des fusils pointés sur eux, et ne recevaient que des restes de nourriture » écrivent leurs avocats dans la plainte.  » Les plaignants étaient constamment enfermés dans de petites pièces dans la nuit avec d’autres enfants esclaves et ne pouvaient donc pas échapper aux plantations. Ils étaient fouettés et battus par les gardiens et les surveillants lorsque que ceux-ci estimaient qu’ils ne travaillaient pas rapidement ou de manière adéquate  » .

« J’ai essayé de m’enfuir mais j’ai été pris, et comme punition ils m’ont ouvert les pieds, et malgré ça je devais continuer de travailler pendant des semaines alors que mes blessures n’étaient toujours pas guéries », a révélé l’un des trois garçons dans la vidéo.
Tous les trois sont maintenant des adultes vivant dans la ville de Sikasso au Mali, après avoir échappé à des conditions proches de l’esclavage dans les plantations Abobogou de la région du Man en Côte d’Ivoire.

Le procès a ses origines dans un rapport de 1997 par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF ), qui a estimé que quelque 200 000 enfants ont déjà été enlevés pour effectuer du travail forcé à travers les frontières dans les pays ouest-africains comme le Bénin, le Burkina Faso , le Mali et le Togo. Un rapport ultérieur du département d’Etat américain estime que quelque 15 000 enfants âgés de 9 à 12 ans ont été forcés de travailler sur le cacao , le café et les plantations de coton dans le nord de la Côte d’Ivoire .

Après que ces rapports ont été révélés par les médias, Nestlé et d’autres grands producteurs de chocolat ont signé un accord en six points avec l’Organisation internationale du Travail en 2001, stipulant qu’ils veilleraient à ce que leurs produits soient faits sans le travail des enfants et les esclaves.

Mais en 2005, Global Exchange et les enquêtes de ILRF ont constaté que ces sociétés avaient manqué à leurs promesses .

 » Nestlé a franchi une ligne rouge et a fait preuve de mauvaise foi » telles sont les déclarations de Terrence Collingsworth, directeur exécutif de ILRF, au magazine Forbes .

Les plaignants ont fait valoir que l’affaire n’a pas pu être entendu en Côte d’Ivoire parce que les tribunaux y sont  » notoirement corrompus  » ou au Mali parce qu’il n’avait pas de lois fondamentales traitant ce type de question.

L’affaire a failli ne jamais aboutir, après que le juge de district américain Stephen Wilson ait rejeté l’affaire en disant que les lois des États-Unis ne permettent pas aux sociétés d’être poursuivies dans des atteintes à l’étranger .

Cependant , en Avril l’année dernière , lorsque la Cour suprême des États-Unis a rejeté une plainte contre Royal Dutch Petroleum pour violations des droits de l’homme au Nigeria , le tribunal a statué que les poursuites contre les sociétés pour abus d’outre-mer pourraient être portées devant les tribunaux américains dans des circonstances spécifiques .

Sur la base de cette décision , Dorothy Nelson et Kim Wardlaw , deux juges de recours en justice , ont jugé le 19 Décembre que les plaignants devraient être autorisés à démontrer que les accusés remplissaient la norme « actus reus » pour complicité de crime.

Source : http://www.trueactivist.com/nestle-child-slaves-win-right-to-u-s-court-case/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook