• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] TRAITE NÉGRIÈRE À BORDEAUX: LE CRAN ASSIGNE LE BARON SEILLIÈRE EN JUSTICE

[ACTUALITÉ] TRAITE NÉGRIÈRE À BORDEAUX: LE CRAN ASSIGNE LE BARON SEILLIÈRE EN JUSTICE

Ernest-Antoine Seillière, ancien président du Médef, est assigné en justice par le Conseil représentatif des associations noires de France. L’un de ses aïeux a bâti sa fortune sur l’esclavage et financé des négriers bordelais.

À la veille de la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage du 10 mai, le Conseil représentatif des Associations noires de France voulait marquer le coup. Le CRAN a donc décidé d’assigner en justice Ernest-Antoine Seillière de Laborde, ancien président du Médef (1997-2005), pour ses liens familiaux et financiers avec la traite négrière.

Deux faits historiques sont dans le collimateur de l’association. La famille de l’ex-patron fut propriétaire, au XVIIIe siècle, de trois plantations en Haïti et de vaisseaux négriers transportant des esclaves originaires d’Afrique vers les Antilles. La famille Seillière de Laborde, via son fonds d’investissement, s’est en outre associée au XXe siècle avec la banque Mallet qui a directement financé plusieurs négriers bordelais trois siècles auparavant.

Des réparations au nom des victimes de l’esclavage

Louis Georges Tin, président du CRAN, a donc déposé une « assignation pour crime contre l’Humanité et recel de crime contre l’Humanité » auprès du tribunal de grande instance de Paris. Lors d’une conférence de presse ce samedi à Bordeaux, il a expliqué les raisons de cette initiative.

« Les descendants des esclavagistes ne sont pas coupables mais ils sont bénéficiaires. La fortune d’Ernest-Antoine Seillière de Laborde est en bonne partie issue de la traite négrière. Il est lié au capitalisme négrier à la fois par son aïeul, Jean-Joseph de Laborde, et par sa participation à la banque. »

Le CRAN réclame donc des réparations au nom des victimes de l’esclavage et de la traite négrière. « Elle peuvent être multiformes : lieux de culture, musées… », a suggéré l’associatif. Les banques américaines comme JP Morgan Chase et Bank of America ont d’ailleurs mis en place des programmes de réparations similaires.

L’année dernière, le CRAN « avait tenté en vain d’établir un dialogue avec le baron Seillière, dialogue qui n’a pas abouti », a précisé le président. « En refusant toute réparation, ils deviennent solidaires de fait du crime dont ils essaient de se démarquer en vain ». Ernest-Antoine Seillière de Laborde, aujourd’hui âgé de 75 ans, n’a pour l’instant pas fait de commentaire.

Source: http://www.sudouest.fr/2015/05/09/esclavagisme-le-cran-demande-reparation-au-descendant-d-un-negrier-1916215-2780.php

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook