• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] TEXAS : UNE AFRO-AMÉRICAINE SEXUELLEMENT ABUSÉE PAR LA POLICE LORS D’UN CONTRÔLE ROUTIER

[ACTUALITÉ] TEXAS : UNE AFRO-AMÉRICAINE SEXUELLEMENT ABUSÉE PAR LA POLICE LORS D’UN CONTRÔLE ROUTIER

 

La Police du Texas n’en finit pas de faire parler d’elle.

En effet, le mois dernier déjà, la police texane faisait les gros titres concernant l’affaire « Sandra Bland », une  afro-américaine retrouvée morte dans sa cellule de la prison du comté de Waller suite à une garde à vue liée à un oublie de clignontant.

À présent, les journaux ‘The Guardian’ et ‘CNN’ rapportent qu’une jeune afro-américaine accuse la police du Texas d’agression sexuelle, indiquant que des agents de police auraient  effectué une fouille à nu de ses parties intimes.

Voici les (sordides) détails de cette affaire :

 Charnesia Corley, une afro-américaine de 21 ans, accuse des policiers exerçant pour le compte du shérif du Texas de l’avoir sexuellement agressée  à une station-essence en la déshabillant dans la rue à la vue de tous et en effectuant une fouille corporelle, dont ses orifices, sans son consentement, lors d’un contrôle routier.

D’après les dires de la jeune femme, les officiers en collaboration avec le département du shérif du comté de Harris, l’ont maintenue à terre dans un parking de la station-essence « Texaco », une zone très fréquentée et, ont sondé son vagin à la recherche de marijuana.

« Ils ont fait une fouille manuelle de ses parties intimes. C’est la fouille la plus grave que vous pouvez faire en vertu de notre constitution et elle doit être faite dans un environnement stérile. Certainement pas en public sur le bord de la route. C’est incroyable », a déclaré son avocat, Sam Cammack, au journal ‘The Guardian’.

« Mademoiselle Corley, qui n’a pas de casier judiciaire, va déposer une plainte auprès de la Division des Affaires Internes », a-t-il poursuivi avant d’ajouter « Je m’en occupe en ce moment. »

L’avocat espère vivement qu’une vidéo de l’incident existe.

Il était environ 22h30 le 21 Juin dernier lorsque Mademoiselle Corley a été arrêtée près de Ella Boulevard et Barren Springs Drive à Houston au Texas alors qu’elle roulait en direction d’un magasin dans le but afin de faire des course pour sa mère malade.

Selon le bureau du shérif du comté de Harris, le policier l’a fait s’arrêter pour avoir grillé un stop. Après avoir sentir l’odeur de ce qu’il croyait être de la marijuana, il a menotté la jeune femme, l’a placée à l’arrière de sa voiture de patrouille et fouillé son véhicule en vain, sans trouver la moindre trace de drogue.

Retournant à son véhicule de patrouille,  le policier a senti l’odeur de marijuana persister et a donc conclu que Corley l’avait cachée sur elle. Il a donc pris l’initiative de convoquer deux collègues femmes, l’une étant afro-américaine, l’autre blanche. L’une d’entre elle lui a ordonné de se mettre à terre et de retirer son pantalon.

Charnesia Corley raconte à la chaîne ‘ABC13’ : 

« Je lui ai dit : « En fait, madame, je ne porte pas de sous-vêtement. » Elle m’a répondu : « Eh bien ça ne fait rien. Baissez votre pantalon . »

La jeune femme précise qu’on lui a donnée l’ordre d’écarter les jambes mais qu’elle ne voulait pas le faire. C’est alors que la policière l’aurait menacée :  
« Bien, si vous ne les ouvrez pas, je vais les briser.»

Charnesia ajoute : « Tout ce que je pouvais faire était de me laisser faire, là sans bouger. L’une d’entre elle a introduit ses doigts à l’intérieur de moi pendant que l’autre me maintenait la jambe. Je me sentais impuissante. »

Après cette douloureuse expérience, la jeune femme dit s’être sentie violé :

« Je me sens comme s’ils m’avaient sexuellement agressée. J’ai vraiment ce sentiment. Je me sens dégoûtée, rabaissée, humiliée. »

 Charnesia Corley a été inculpée pour « rébellion et possession de marijuana » après que les officiers de police aient trouvé 2 grammes de marijuana.

Le département du shérif du comté de Harris n’a pas pas tenu à commenter cette affaire mais leur porte-parole a déclaré aux médias locaux que les officiers de police avaient fait les choses  comme elles se devaient et que Mademoiselle Corley avait consenti à une fouille à nu.

Charnesia Corley a bien évidemment nié leur avoir donné son consentement et son avocat conteste ce que dit le rapport de l’incident présenté par l’officier en charge, disant qu’il avait obtenu le consentement de la présumée victime.

« Quant au procureur, il refuse de dire où le cannabis a été trouvé, mais affirme que la police prétend l’avoir trouvé sur la personne de Mademoiselle Corley. En général, la police ne lance pas de poursuites pour de telles petites quantités de marijuana », a t-il ajouté.

« Indépendamment de ce qui a été trouvé, cette  fouille est considérée comme un viol de la vie privée et la constitution », affirme Sam Cammack. « Ils auraient pu trouver un kilo de cocaïne en elle, ce serait pareil, ils n’avaient pas le droit de faire ça. »

Rebecca Robertson, directrice juridique et politique de l’ACLU (American Civil Liberties Union) du Texas, a déclaré :

« une fouille sans mandat constitue une violation « flagrante » du quatrième amendement et une sonde de l’orifice est la recherche la plus invasive qu’il puisse exister. » Et d’ajouter : « Une fouille des parties intimes du corps sans mandat est considérée constitutionnellement comme étant suspect. Alors une fouille corporelle des orifices sur le côté de la route … Je ne peux pas imaginer comment cela pourrait-il être constitutionnel. »

Affaire à suivre….



NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook