• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] SOUDAN : UN QUOTIDIEN INDÉPENDANT SAISI PAR LES SERVICES DE RENSEIGNEMENT.

[ACTUALITÉ] SOUDAN : UN QUOTIDIEN INDÉPENDANT SAISI PAR LES SERVICES DE RENSEIGNEMENT.

Les services de renseignement soudanais ont confisqué samedi la totalité des exemplaires de l’édition de samedi du quotidien indépendant al-Youm al-Tali. Motif de cette saisie selon le rédacteur en chef : un article sur une opposante arrêtée dimanche dernier, juste avant la tenue des élections législatives et présidentielle. Des scrutins boycottés par l’opposition et que le président Omar el-Béchir est assuré de remporter.

L’opposition dénonce un véritable kidnapping. Sandra Kaduda se rendait à un meeting de l’opposition à la veille des élections quand des hommes l’ont arrachée à sa voiture. Elle n’est relâchée que trois jours plus tard, mercredi, avec des traces de sévices.

« Elle a été littéralement kidnappée au volant de sa voiture, raconte Hamid Mutarda, membre du parti Umma, comme Sandra Kaduda. Pendant plusieurs jours, personne n’a su où elle était. Les autorités et le service national de renseignement ont affirmé ne pas la détenir. Sa famille était très inquiète, d’autant que Sandra a des problèmes de santé.
Finalement, mercredi, ses kidnappeurs l’ont relâchée dans la rue, sans aucune explication, après l’avoir sévèrement battue. Même si les autorités démentent l’avoir détenue, il est évident que c’était le service national de renseignement.
 »

C’est en tout cas le service de renseignement qui a saisi samedi les exemplaires du quotidien indépendant al-Youm al-Tali. A cause, selon son rédacteur en chef, d’un article sur Sandra Kaduda. L’auteur y demandait que soit révélée l’identité de ses kidnappeurs. Hamid Mutarda n’est pas surpris : selon lui, ce type de confiscation est monnaie courante. « Le service national de renseignement a une équipe chargée de relire les journaux chaque soir avant leur mise en circulation le lendemain, affirme-t-il. Ils opèrent un contrôle très strict des journaux. A la moindre évocation d’un sujet qui leur déplaît, la mise en circulation du journal est immédiatement stoppée. »

Le 16 février dernier, les éditions de quatorze journaux avaient ainsi été saisies, soit l’une des plus grandes mesures de répression de la presse ces dernières années au Soudan.

 

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20150419-soudan-journal-independant-saisi-renseignements-sandra-kaduda-al-youm-al-tali/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook