• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] RDC : INCERTITUDES AUTOUR DE LA SANTÉ D’ÉTIENNE TSHISEKEDI

[ACTUALITÉ] RDC : INCERTITUDES AUTOUR DE LA SANTÉ D’ÉTIENNE TSHISEKEDI

Des incertitudes planent depuis quelques jours déjà autour de la santé de l’opposant politique congolais Étienne Tshisekedi, qui selon certaines sources sera évacué vers l’Afrique du Sud pour des raisons de santé, .

Le Leader de l’UDPS (L’Union pour la démocratie et le progrès social), aujourd’hui âgé de 81 ans, soufrerait depuis quelques mois de « la goutte » notamment autour du « sphinx de Limeté »..

Diplômé docteur en droit en 1961, à l’Université Lovanium de Kinshasa, Étienne Tshisekedi est  le premier diplômé en Droit du Congo.

Et déjà 1960, il est membre du collège des Commissaires généraux, gouvernement provisoire mis en place par Mobutu après son coup d’État.

Il est nommé pour la première fois Premier ministre du président Mobutu entre le 29 septembre et le 1er novembre 1991. soit juste un mois.

Lors de la période d’instabilité politique au début des années 1990, le Zaïre met en place une Conférence nationale souveraine chargée de redresser le pays. Ce forum national élit Tshisekedi Premier ministre le 15 août 1992.

Un des principaux opposants du pays, Tshisekedi ne peut mener à bien sa mission de remise sur pied du pays : les occidentaux lui préfèrent Kengo wa Dondo et Mobutu le hait.

À l’encontre des résolutions de la Conférence nationale, Mobutu démet Tshisekedi de son poste de Premier ministre le 5 février 1993.

En 1997, Mobutu, malade, n’exerce plus le pouvoir et les troupes de Laurent-Désiré Kabila s’approchent de la capitale. Pendant cette période de vide politique à Kinshasa, Tshisekedi redevient Premier ministre du 2 au 9 avril 1997.

En mars 1998, la commission congolaise qui prépare une nouvelle constitution a fait savoir que Tshisekedi était déchu de ses droits politiques pour son rôle dans la mort de Patrice Lumumba en 1960 et 1961.

En 2003 Tshisekedi refuse d’entrer dans le gouvernement de transition. qu’il qualifie de vaste supercherie.
Le 18 décembre 2005 il organise le Boycott du référendum sur la constitution d’une Troisième République.
En 2006 il ne se présente pas aux élections,
et se consacre à la gestion de son parti lUDPS dont il est à la tête depuis 1967

En 2011 il revient en force est pressenti comme le favoris de l’élection présidentielle de novembre 2011.
Défait malheureux, Etienne Tshisekedi ne reconnaîtra jamais sa défaite et prêtera serment à son domicile de Kinshasa, alors encerclé par des soldats gouvernementaux.
Des émeutes éclatent dans tout le pays, ainsi que des manifestations, notamment à Kinshasa et dans toute la diaspora où celui-ci jouit d’une énorme popularité, face à son adversaire Joseph Kabila souvent qualifié de Rwandais, ou encore tanzanien.

La cours constitutionnelle va finalement valider la victoire de son adversaire, ainsi que la plupart des pays occidentaux qui feliciteront la « bonne tenue » de l’élection.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook