• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] RD CONGO : PRÈS DE 100 MORTS DANS UN NOUVEAU MASSACRE À BÉNI

[ACTUALITÉ] RD CONGO : PRÈS DE 100 MORTS DANS UN NOUVEAU MASSACRE À BÉNI

Près d’une centaine de personnes ont été massacrées, jeudi, près de Beni, dans l’est de la RD Congo, ont indiqué, lundi, des députés congolais. Une nouvelle attaque qui porte à 200 le nombre de personnes tuées en un mois dans la région.

Les massacres se multiplient au Nord-Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo, où près d’une centaine de personnes ont été tuées, jeudi 20 novembre. Ces violentes attaques ont à nouveau touché trois villages : Tepoimba, Vemba et Masulukwede, à une trentaine de kilomètres de la plus grande ville de la région Béni.

Selon un communiqué de la société civile du Nord-Kivu, la plupart des victimes sont des civils, qui revenaient de leurs champs en direction de Mavivi, l’une des principales villes de la région, ou qui se rendaient sur les marchés. Les civils ont été massacrés par balles, à coups de haches et de machettes.

Ce nouveau carnage porte à plus de 200 le nombre de civils tués dans cette zone. Les auteurs n’ont pas été formellement idenfifiés mais ces massacres ont été régulièrement imputés aux rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF-Nalu)

 

« Des assaillants déguisés en militaires congolais »

Se basant sur des témoignages de survivants, le vice-président de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota a expliqué à France 24 que « des assaillants vêtus d’uniformes militaires ont pris d’assaut les villages en simulant une présence de [l’armée] congolaise (FARDC) pour détourner l’attention de la population civile ». À Vemba, le chef de village a par ailleurs été tué dans l’embuscade, et les assaillants ont « emporté des chèvres, des poules, la récolte de cacao et des tronçonneuses ». Samedi, l’organisation évaluait le bilan de jeudi entre 50 et 80 morts.

Plusieurs députés de la région se sont également exprimés, estimant à la hausse le nombre de personnes tuées. « On n’a pas encore un bilan définitif. C’est entre 70 et 100 personnes tuées », a déclaré pour sa part Albert Baliesima, député de la majorité. « On nous a expliqué que les [Forces armées de la RDC, FARDC] ne voulaient pas que les gens aillent plus loin » dans la brousse, où d’autres corps pourraient encore être découverts.

Depuis le massacre, la zone est sécurisée par les militaires congolais mais également par la Monusco, la mission de l’ONU sur place. La veille de l’attaque, c’était justement une patrouille de casques bleus qui était tombée dans une embuscade sans conséquences à quelques kilomètres à peine de ces villages.

Depuis jeudi, le gouvernement de Kinshasa n’a fait aucune déclaration au sujet de ce massacre. Son porte-parole, Lambert Mende, devrait tenir une conférence de presse lundi dans l’après-midi.

Source : AFP

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video