• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] PROCÈS GBAGBO : LES PERSONNALITÉS ARRÊTÉES AU PALAIS PRÉSIDENTIEL LE 11 AVRIL 2011 PASSENT À LA BARRE

[ACTUALITÉ] PROCÈS GBAGBO : LES PERSONNALITÉS ARRÊTÉES AU PALAIS PRÉSIDENTIEL LE 11 AVRIL 2011 PASSENT À LA BARRE

M. Koné Boubacar, l’ex-Directeur du protocole d’Etat de Laurent Gbagbo, a déclaré jeudi, devant la Cour d’Assises d’Abidjan, qu’il était « attaché à l’institution de la Présidence de la République » et non à la personne du l’ancien chef d’état.

Ce dernier a indiqué s’être rendu à la résidence présidentielle le 31 mars 2011, comme à son habitude, pour y effectuer ses tâches de Directeur du protocole d’Etat, mais n’a pu en sortir à cause des tirs qui fusaient à Abidjan.
M. Koné aussi souligné le fait qu’il n’avait pas connaissance de milices qui opéraient en Côte d’Ivoire. « Je n’ai jamais entendu parler de milice, ni de groupes d’auto-défense », a-t-il déclaré devant la Cour.

L’ex-Maire de la commune d’Issia situé au centre-ouest de la Côte d’Ivoire, Mme Dédi Tapé a pour sa part nié avoir convoyé des miliciens à Abidjan pour le compte M. Gbagbo.
« Je m’étais rendu à la résidence présidentielle pour recevoir la cotisation de Désiré Tagro (Ministre de l’Intérieur sous Laurent Gbagbo) qui est un cadre de la région, pour les victimes de la crise dans notre zone. Mais les tirs se faisant fortement ressentir, Tagro m’a demandée de patienter. C’est ainsi que je suis restée bloquée à la résidence jusqu’au 11 avril », a-t-elle expliqué.

Saint Roland Guigoni, opérateur économique a justifié sa présence à la résidence présidentielle par le fait qu’il est « un ami du président Gbagbo depuis longtemps », et qu’il s’est rendu au palais pour lui « apporter son soutien ». Les trois accusés ont appelé à la réconciliation et à la paix en Côte d’Ivoire au cours de leur comparution.
Prévu à la barre, le Chef de cabinet de l’ex-Chef d’Etat ivoirien, Narcisse Kuyo Téa n’a pu s’y rendre pour des raisons de maladie, selon ses avocats.
Ces anciens cadres de l’administration Gbagbo sont poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat, organisation en bandes armée, xénophobie et tribalisme dans le cadre du procès de l’ex-première dame Simone Gbagbo et 82 autres proches de Laurent Gbagbo. Le procès reprend lundi prochain.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook