• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] PIERRE CAYET, 54 ANS, DÉCÉDÉ AU COMMISSARIAT DE SAINT-DENIS

[ACTUALITÉ] PIERRE CAYET, 54 ANS, DÉCÉDÉ AU COMMISSARIAT DE SAINT-DENIS

Dans la nuit de samedi 25 avril au dimanche 26 avril 2015, Pierre Cayet, 54 ans d’origine guadeloupéenne est décédé à la suite d’une altercation au commissariat de Saint-Denis (93). La police affirme qu’il s’agit d’un tragique accident, mais le frère du défunt accuse l’un des fonctionnaires en poste ce soir là.

Samedi 25 avril, Pierre Cayet partait avec sa compagne célébrer leurs fiançailles dans le Val-d’Oise quand il a été arrêté par des CRS lors d’un banal contrôle routier sur l’autoroute A1, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Aux alentours de 1h40, Pierre Cayet s’est fait contrôler au volant de sa voiture en état d’alcoolémie.
Les premiers éléments de l’enquête révèlent qu’il avait un taux de 0,48 mg/l d’air expiré (la limite légale est fixée à 0,25 mg/l). Son véhicule a alors été immobilisé par la CRS autoroutière. Quelques heures plus tard, Pierre se rend au commissariat de Saint-Denis pour récupérer ses papiers d’identité, c’est à ce moment-là qu’une altercation a éclaté avec un policier de ce commissariat.

Au cours de cette altercation, dont les circonstances demeurent troubles, cet habitant de Stains a fait une chute mortelle.

Selon les policiers présents, Pierre Cayet était « passablement énervé ». « Il a été repoussé une première fois par un fonctionnaire de police puis il est revenu à la charge, raconte un policier du syndicat Alliance. «Il a sonné à l’accueil du commissariat où on lui a expliqué que ses papiers ne s’y trouvaient pas, explique un policier. Il a alors tenté d’enjamber la grille mais les policiers l’ont repoussé. Il a ensuite réussi à pénétrer dans l’enceinte du commissariat, en profitant qu’une voiture de police en sortait.» Le deuxième fonctionnaire l’a alors repoussé au niveau du visage. Cela a entraîné la chute de Monsieur Cayet qui est tombé en arrière de toute sa hauteur et a heurté le béton ». « Les policiers n’ont rien à cacher. Malheureusement, c’est un accident », conclut ce fonctionnaire de police.

Une version contestée par la famille de la victime. « Les policiers l’ont gazé, ensuite il est revenu, raconte Frantz Dendelé, le frère de la victime. Face à tous les policiers présents ce soir-là au commissariat, mon frère ne présentait pas de danger. Ils avaient les moyens de neutraliser facilement un petit bonhomme comme lui, mon frère pèse à peine 60 kg ».
«Pourquoi alors présente-t-il une plaie au niveau de l’oeil ?», questionne Frantz Dendele, en exhibant une photo de son frère prise samedi sur son lit d’hôpital avec un coquard à l’oeil. Pour lui, un violent coup de poing a été porté.
Greffé d’un rein, Pierre Cayet était fortement handicapé, d’après Le Parisien.

Pierre Cayet a été transporté à l’hôpital en état de mort cérébrale, il est décédé à la suite de ses blessures. La famille de la victime qui conteste plusieurs points de la version des faits donnée par les policiers a porté plainte et une enquête de l’IGPN surnommée la police des polices est en cours.
Pour le moment aucune charge n’a été retenue contre les agents présents la nuit du drame.

Pierre Cayet laisse des jumeaux de 9 ans et deux filles dont il était le tuteur.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video