• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] MADAGASCAR : L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DÉJÀ ENDEUILLÉE

[ACTUALITÉ] MADAGASCAR : L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DÉJÀ ENDEUILLÉE

Le sang a déjà coulé sur «l’île rouge» en pleine transition démocratique. Un « chef de district a été tué dans un bureau de vote du sud de Madagascar vendredi matin, quelques heures après le début du premier tour de l’élection présidentielle. «A Benenitra, vers 6h30 du matin, un chef de fokontany (ndlr.
district malgache) a été tué au bureau de vote. Les gens ont paniqué, ce qui a interrompu l’élection. Mais on a déplacé le bureau de vote. Au moment ou nous parlons, l’élection a repris son cours normal», a indiqué une source gouvernementale.

Deux autres incidents ont été rapportés, l’enlèvement d’une personne dans un bureau de vote dans la commune de Bezaha, dans le sud du pays, et l’incendie d’un autre bureau de vote à Tsaratanana, dans le nord. A chaque fois, selon la source contactée par l’AFP, le bureau de vote a été déplacé et l’élection a repris son cours normal. Partout ailleurs, l’élection présidentielle a débuté dans le calme.

Sortir de la crise politique héritée du coup d’état

Près de huit millions de Malgaches sont appelés à participer au premier tour d’une élection présidentielle qui vise à sortir le pays de la grave crise déclenchée par le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009. Trente-trois candidats s’affrontent au premier tour.

«Ce vote est pour l’instant pacifique et très calme. Nous n’avons pas eu de protestation, de plainte de la part des délégués des partis politique. (…) Il n’y a pas de problème majeur dans ce processus électoral», avait affirmé la chef de la mission des observateurs européens, Maria Muniz de Urquiza, cinq heures après l’ouverture des bureaux et quelques minutes avant l’annonce des incidents violents.

«Comme tout début il y a quelques couacs parfois, mais ces couacs ne sont pas en mesure de remettre en question le processus. Espérons que ça va continuer», a commenté de son côté la représentante des Nations Unies à Madagascar, Fatma Samoura. «Jusqu’à présent, tout va bien, on espère que ça va continuer», a confirmé l’ancien président comorien Azali Assoumani, observateur de la Commission de l’océan Indien, se félicitant d’«un contrôle très strict dans les bureaux de vote».

A la mi-journée, des files d’attente s’allongeaient pour aller voter. «Dans certains bureaux de vote en province, le taux de participation a déjà atteint les 50% en ce moment» a indiqué vers midi la présidente de la Commission électorale, Béatrice Atallah.

Une population affamée

Quelque 4 millions de personnes vivant dans des régions rurales sont menacées de famine à Madagascar en raison de pluies trop faibles et d’une invasion de criquets, a indiqué vendredi à Genève le Programme alimentaire mondial (PAM). Le PAM, qui voulait porter secours à quelque 1 million de personnes en novembre et décembre, a décidé de se concentrer sur les 400 000 habitants les plus vulnérables, habitant au sud de l’île, en raison d’un manque de ressources financières. Madagascar compte près de 22 millions d’habitants.

«La situation ne va pas s’arranger, car la saison des cyclones va commence en novembre», a indiqué à l’AFP une porte-parole du PAM. La saison dure généralement de novembre à avril. En outre, a-t-elle ajouté, si les prix alimentaires continuent à augmenter, «quelque 9,6 millions de personnes supplémentaires risquent de tomber dans l’insécurité alimentaire».

Selon le PAM, il manque à ce jour 25 millions de dollars, dans l’appel de fonds lancé par l’agence onusienne pour venir en aide à Madagascar, l’un des pays les plus pauvres au monde. La production de riz y a chuté cette année de 21% et celle de mais de 15%. Deux tiers de l’île ont été victimes des criquets, et des mesures d’éradication ont été mises en place depuis septembre.

Près de 28% des foyers vivant dans les zones rurales souffrent d’insécurité alimentaire et 50% de la population globale de malnutrition chronique. 1,6 million d’enfants ne vont pas à l’école et plus de 92% de la population vit avec moins de 2 dollars par jour.

SOURCE : http://www.leparisien.fr/international/madagascar-l-election-presidentielle-deja-endeuillee-25-10-2013-3258323.php

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook