• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] MADAGASCAR, LYNCHAGE DE DEUX FRANÇAIS SOUPÇONNÉS DE TRAFIC D’ORGANES

[ACTUALITÉ] MADAGASCAR, LYNCHAGE DE DEUX FRANÇAIS SOUPÇONNÉS DE TRAFIC D’ORGANES

Deux hommes soupçonnés de trafic d’organes ont été tués jeudi matin par une foule d’émeutiers sur l’île malgache de Nosy Be. «Les émeutiers ont procédé à une chasse à l’homme contre desvazaha (ndlr : les étrangers européens en langue malgache), ce qui a abouti à la mort de deux vazahas», a déclaré l’adjoint du commandant de la gendarmerie, le général Guy Bobin Randriamaro. <btn_noimpr>

«Les deux étrangers sont des Français, nommés Sébastien et Roberto, ils ont avoué sous la torture (des émeutiers) avoir commis des trafics d’organes», a-t-il ajouté. Selon le commissaire de police de Nosy Be Hell-Ville, Honoya Tilahizandry, «les deux Européens ont été tués et brûlés sur la plage d’Ambatolaoka».

Les émeutes ont commencé mercredi à la suite de la disparition d’un garçon de 8 ans. Convaincue que son ravisseur était détenu à la gendarmerie de Hell-Ville, capitale de l’île, une foule en colère s’est regroupée devant la caserne pour réclamer sa tête. Les gendarmes se sont défendus, affirmant avoir tiré en l’air pour disperser la foule, mais au moins une personne a été tuée et deux autres blessées. Par ailleurs, les émeutiers s’en sont pris aux maisons des gendarmes, dont «huit ont été incendiées», selon le général de gendarmerie. Les autorités locales ont essayé de calmer la foule, en pure perte.

Des attaques fréquentes de postes de police ou de gendarmerie

Jeudi matin, «le corps sans vie du garçon de 8 ans, disparu vendredi a été retrouvé sans sexe ni langue», a affirmé l’adjoint du commandant de la gendarmerie. «Puis, les émeutiers ont soupçonné deux vazahas d’être les auteurs de ce meurtre et de se livrer au trafic d’organes dans la ville de Nosy-Be Hell-Ville.»

Mercredi, le consulat de France avait diffusé une mise en garde auprès de ses ressortissants : «Des manifestations contre les forces de l’ordre ont eu lieu ce jour à Hell-ville (Nosy Be). Elles sont susceptibles de se reproduire dans les heures qui viennent. Il est recommandé aux personnes présentes à Nosy Be de ne pas se déplacer et à celles qui ont prévu de s’y rendre de différer provisoirement leur visite, le temps que la situation soit reprise en main par les forces de l’ordre, ce qui n’est pas encore le cas.»

Madagascar traverse une grave crise politique depuis le renversement du président Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina, en 2009. L’affaiblissement de l’Etat est allé de pair avec l’augmentation des attaques de postes de police ou de gendarmerie par des manifestants tentant de se faire justice eux-mêmes après des enlèvements ou des assassinats.

 

LeParisien.fr 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook