[ACTUALITÉ] LE ZIMBABWE BOYCOTTE LE SOMMET UE-AFRIQUE

Le Zimbabwe boycottera le 4ème sommet Union européenne-Afrique à Bruxelles mercredi et jeudi prochains après le refus de l’UE d’accorder un visa à l’épouse du chef de l’Etat Robert Mugabe, sous le coup de sanctions, a annoncé une source au ministère zimbabwéen des Affaires étrangères.

« Nous n’allons plus nous rendre au sommet UE-Afrique. Nous ne sommes pas d’accord avec la composition de notre délégation », a indiqué cette source à l’AFP.

Le Zimbabwe avait auparavant agité la menace de faire capoter l’ensemble du sommet, affirmant que l’Union africaine (UA) partageait ses griefs sur la composition de la délégation zimbabwéenne et parlant d' »ingérences ». Une crainte balayée toutefois par Bruxelles.

Aucune première dame n’a été invitée à ce sommet.

« Et quand le Zimbabwe a demandé un visa pour l’épouse du président Mugabe, ils se sont entendu répondre qu’elle devait déposer sa demande par la voie normale », a expliqué à l’AFP le représentant de l’UE à Harare, Aldo Dell’Ariccia.

« Dès lors qu’elle est toujours sous le coup de mesures restrictives, il n’y a pas eu d’unanimité pour lui délivrer un visa. L’Union européenne ne fait que suivre son cadre légal et ne peut pas y déroger », a-t-il ajouté.

L’Union européenne a suspendu en février la plupart des sanctions imposées en 2002 au Zimbabwe en raison d’atteintes aux libertés fondamentales, sauf pour le président Mugabe et son épouse, qui restent personae non gratae en Europe.

Une clause permet néanmoins aux chefs de gouvernement ou simples membres d’un gouvernement placés sur une « liste noire » de se déplacer à l’occasion d’événements internationaux.

Outre le refus de visa pour Mme Mugabe, Harare reproche à l’Union européenne de ne pas avoir invité tous les dirigeants de l’UA.

« Il y a des pays comme le Soudan (…) qui n’ont pas été invités, alors que l’Egypte, actuellement suspendue de l’UA, l’est. Le problème de notre première dame, qui s’est vu refuser un visa, est l’un des sujets de préoccupation », a déclaré le porte-parole du ministre zimbabwéen des Affaires étrangères, Joey Bimha.

« Nous ne voyons pas de risque » d’un boycott par l’UA de ce sommet qui doit réunir 90 pays des deux continents, dont 65 chefs d’Etat ou de gouvernement, a réagi une source européenne, soulignant que la question de la composition de la délégation du Zimbabwe avait fait l’objet d’un « accord » entre l’UE et l’Union Africaine.

Elle a par ailleurs affirmé que contrairement aux affirmations de M. Bimha, l’UE avait invité « le gouvernement du Soudan », même si la question de la présence ou non du président soudanais Omar el-Béchir, recherché par la Cour pénale internationale, restait en suspens.

Source : http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20140329103942/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook