• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] MISE EN LIBERTÉ DES CASSEURS DU MATCH GUINÉE ÉQUATORIALE – GHANA

[ACTUALITÉ] MISE EN LIBERTÉ DES CASSEURS DU MATCH GUINÉE ÉQUATORIALE – GHANA

Les 149 personnes interpellées dans le stade et les quartiers de Malabo pour  »désordre public et dommage des biens privés » pendant et après le match de la demi-finale de la CAN qui opposait la Guinée Equatoriale et le Ghana ont été graciés par le président Teodoro Obiang Nguema.L’information a été annoncée vendredi à Malabo par Martin Ndong Nsue, le président de la Cour suprême.

 »Nous étions prêts à ouvrir un procès pour que vous soyez punis et les délits que vous avez commis sont passibles de deux ans de prison ferme, mais le président de la république son Excellence Teodoro Obiang Nguema Mbasogo en sa qualité du premier magistrat de la nation et père de vous tous, puisqu’il ne veut pas que quelqu’un souffre en république de Guinée équatoriale, vous a pardonnés et vous êtes aussi libres », a déclaré Martin Ndong Nsue, à l’endroit des interpellés.

Ce dernier a indiqué que les actes commis par ces personnes décrites comme des ‘’délinquants montés » seront toutefois inscrits dans le dossier judiciaire de chacune d’entre elles. Il y aurait-il même des mineurs dans le lot.

Libérés sur l’esplanade de la Cour suprême de Malabo en présence de leurs familles, les présumés perturbateurs arrêtés le 5 février et déférés jeudi dernier à la prison centrale Black Beach de Malabo, étaient visiblement fatigués.

 »Je sais que ce que vous avez fait n’a pas été votre propre initiative, c’est une pression exogène » a declaré Martin Ndong Nsue avant d’ajouter que leur libération n’est pas le fruit d’une pression exogène ou d’un parti politique.

‘‘Vous ne représentez même pas 0,5% de la population de Guinée Equatoriale. vous êtes des délinquants montés », a déclaré le président de la Cour suprême.

 »Nous allons faire l’évaluation des casses que vous avez faites dans les rues, la responsabilité vous reviendra », a continé M.Ndong Nsue en promettant aux interpellés de leur faire signer des déclarations dans lesquelles ils s’engageront à ne plus récidiver.

Cette mise en liberté intervient alors qu’un appel a été lancé à la population pour qu’elle se rende, samedi, à la prison Black Beach, pour d’exiger la libérations des détenus dans cette affaire.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook