• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] GUINÉE : AU MOINS 24 MORTS APRÈS UNE BOUSCULADE LORS D’UN CONCERT SUR UNE PLAGE

[ACTUALITÉ] GUINÉE : AU MOINS 24 MORTS APRÈS UNE BOUSCULADE LORS D’UN CONCERT SUR UNE PLAGE

Une bousculade lors d’un concert organisé sur une plage de Conakry, en Guinée, a causé la mort d’au moins 24 personnes mardi soir, selon des sources hospitalières, un évènement qualifié de « drame tragique » par les autorités qui ont décrété une semaine de deuil national.
La bousculade, qui a également fait « des dizaines de blessés » selon une source à la gendarmerie nationale, s’est produite sur la plage de Rogbané, dans la commune de Ratoma (banlieue nord de Conakry), alors qu’une foule nombreuse y était rassemblée pour suivre le concert ayant pour tête d’affiche le groupe de rap « Instinct Killers », très populaire dans le pays, d’après diverses sources.
Plusieurs autres groupes et artistes de musiques urbaines devaient aussi se produire durant la soirée.
Au moins 24 corps en provenance de cette plage – dont ceux de 13 filles – ont été déposés par des secouristes et des agents de sécurité à la morgue du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Donka, ont indiqué à l’AFP des sources hospitalières.
« Nous avons pour le moment 24 corps à la morgue de l’hôpital Donka et des dizaines de blessés admis en urgence dans plusieurs centres de santé (de Conakry) suite à cette bousculade meurtrière. Pour le moment, je ne peux pas vous en dire plus », a de son côté affirmé la source à la gendarmerie.
« C’est avec consternation et une vive émotion que le gouvernement a appris le drame tragique survenu (. . . ) suite à des mouvements de foule lors d’un événement culturel organisé » dans la commune de Ratoma, a déclaré la présidence dans un communiqué diffusé dans la nuit de mardi à mercredi.
Elle a déploré « mort d’hommes et plusieurs blessés » mais sans préciser de bilan, en indiquant que les services de santé s’activaient dans la nuit de mardi à mercredi « pour porter secours aux blessés ».
En raison du drame, « une semaine de deuil national est décrétée à partir de ce jour (mardi) », selon le communiqué.
En outre, « le Directeur général de l’Agence guinéenne de spectacles est suspendu de ses fonctions », une enquête, confiée au procureur de la République de Dixinn (Conakry), a été ouverte « pour situer les responsabilités ».
Aucune explication n’était immédiatement disponible sur ce qui a pu être à l’origine du mouvement de foule.
Selon les annonces publicitaires de l’évènement, le concert était organisé par Meurs Libre Prod, une société guinéenne spécialisée dans l’évènementiel et la production musicale.
Aucun des responsables de cette structure n’avait pu être joint dans la nuit de mardi à mercredi.
Le concert était organisé au lendemain de la fête de l’Aïd, célébrée lundi en Guinée, pour marquer la fin du ramadan.Le président Alpha Condé a annoncé ce matin une série de mesures suite au drame survenu ce mardi 29 juillet 2014 sur une plage de Conakry.Lors d’une visite qu’il a effectué ce mercredi à l’hôpital de Donka, le chef de l’Etat s’est engagé à mettre fin à l’occupation anarchique des plages et des autres espaces publics. Le numéro un guinéen a réitéré l’interdiction d’organiser désormais des manifestations sur les plages. Pour faire appliquer cette décision, Alpha Condé compte mettre en place une brigade chargée de l’environnement.

Le chef de l’exécutif guinéen a aussi pris l’engagement de tout mettre en œuvre afin que de telles situations ne se reproduisent plus dans le pays.

Dans un bref discours, Alpha Condé a indirectement tenu responsable les autorités locales du quartier de Taouyah, localité qui abrite la plage.

“ Après les événements de Lambandji (drame qui avait eu lieu sur une autre plage au mois de janvier dernier, Ndlr) nous avions interdit les manifestations sur les plages. Et hier les gens ont informé Général Baldé (Haut commandant de la gendarmerie nationale, direction de la justice militaire, Ndlr) qu’il y’avait trop de monde à la plage. Le Général a appelé le chef de quartier pour lui dire qu’il aurait appris que ça ne va pas à la plage, le chef de quartier lui a répondu que tout va bien. A 19 heures et à 2à heures aussi il avait appelé mais il disait toujours que tout va bien“ a fustigé le président Alpha Condé.

Par ailleurs, le chef de l’Etat guinéen a également invité les parents à prendre leurs responsabilités en empêchant les mineurs d’aller à des lieux pareils.

« Il faut que les parents aussi prennent leurs responsabilités. On ne doit pas laisser des enfants de 5 ans ou 8ans sortir la nuit pour des manifestations. Tous les enfants qui sont décédés, les plus âgés ont 25 ans et d’autres ont entre 8 et 11 ans“ a lancé le président Alpha Condé.

Source : jeuneafrique.com et africaguinee.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video