[ACTUALITÉ] GRAVE PENURIE D’EAU EN GRANDE COMORE

Les robinets sont à sec dans plusieurs régions de Grande Comore. Une pénurie d’eau qui survient en plein Ramadan, au grand dam des habitants de l’île, dont 98% sont musulmans.

La Grande Comore est en proie à une grave sécheresse depuis plusieurs mois. Conséquence : l’eau ne coule plus au robinet. Le précieux liquide fait cruellement défaut dans plusieurs régions de l’île, notamment à Dimani, Oichili et Mboudé.

Une pénurie, survenue en pleine période de Ramadan, dont se seraient bien passé les musulmans qui représentent 98% de la population.

La crise d’eau, terme que réfute la société de l’eau de l’électricité (Ma-Mwe), devient un casse-tête pour les autorités. Le président de l’assemblée nationale des Comores, Bourhane Hamidou, a effectué une descente sur terrain dans le courant du mois de juillet pour constater de visu l’état de détresse des habitants.

Et pour cause, les fontaines publiques sont à sec, alors que l’approvisionnement en eau potable auprès des camions-citernes devient un luxe qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Bourhane Hamidou s’est alarmé d’un « désastre humanitaire » et a écrit au président de la République Ikililou Dhoinine, pour trouver d’urgence une solution au problème d’eau.

Le quotidien local La Gazette des Comores estime qu’« il faudra patienter encore 8 mois pour soulager les citadins et les environs de la capitale (Moroni) de la souffrance causée par la pénurie d’eau potable qu’ils endurent ».

Outre la sécheresse, la vétusté du réseau de distribution d’eau a également été pointée du doigt. Les canaux, dont la plupart datent de 1975, seraient à l’origine d’une perte de 60% de l’eau en circulation.

A l’heure actuelle, des travaux de réhabilitation sont en cours et le retour à la normale est attendu dans les deux mois qui viennent, selon le directeur de l’eau de la société nationale d’eau et d’électricité (Ma-Mwe).

Goulam Soundi a laissé entendre que la situation est même sur le point d’être maîtrisée. « Depuis une semaine, la situation commence à revenir à la normale avec une nouvelle méthode de rationnement par zone géographique », explique-t-il, évoquant une mesure palliative en attendant la fin des travaux de réhabilitation.

Le chantier, financé par le PNUD et la Banque africaine de développement, devrait à terme permettre d’« alimenter certaines régions et zones qui ont été longtemps privées d’eau par la société. À l’image de Hantsambu qui n’a pas été alimentée en eau durant 7 ans successifs, ainsi que le quartier Sahara à Moroni », révèle-t-il, dans des propos rapportés par La Gazette des Comores.

Source : linfo.re
http://www.linfo.re/Ocean-Indien-Societe/527025-Grave-penurie-d-eau-en-Grande-Comore?ps=775045

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook