[ACTUALITÉ] CE QUE DISENT LES ACTEURS D’EXHIBIT B

  • Jelle Saminnadin, comédienne

« Petite fille, j’étais la seule enfant noire dans mon école. Souvent obligée de me battre car on m’affublait d’insultes telles que “Négresse à plateau, Blanche-Neige, Boule de suie ou Noiraude”, je ne comprenais pas… j’avais juste une couleur différente. L’année dernière, au jardin des Tuileries, une femme m’a traitée de “macaque” et, l’autre jour, en venant au Théâtre Gérard-Philipe, une autre m’a regardée et a dit : “Toute cette racaille en France !..” Loin de moi la militante, je ne suis ni Angela Davis ni Miriam Makeba, qui étaient pour moi des femmes admirables, mais je suis fière d’incarner cette femme pour la deuxième fois, qui a pu être l’une de mes ancêtres, et de raviver sa mémoire. »

  • Guillaume Mivekannin, comédien

« L’inconscient collectif français ne prend pas en compte la volonté de l’État français de s’établir en empire colonial lors des siècles précédents et ses répercussions sur la société française actuelle. Je ne me sens pas de couleur, je suis autant noir que blanc et je ne souffre plus trop du racisme parce que je suis convaincu de ma légitimité. Malgré tout, je sens qu’il est urgent d’expliquer, d’enseigner, de tous nous éduquer sur cette période coloniale, sur ce désir de l’État français d’absorber tous ces pays, et sur les conséquences de ce désir des années après. Cela pour rendre leur légitimité à toutes les personnes françaises d’apparence différente, qui, à force de voir cette légitimité être niée, ont tendance à se replier en communautés. »

  • Éric Abrogoua, comédien

« Nous n’avons aucunement le droit et le devoir de nous qualifier de victimes d’un passé dans lequel nous n’avons tenu aucun rôle. Nous avons juste celui de prévenir et d’éduquer les générations à venir pour arrêter la bêtise, qui est tout sauf de la connaissance. Il m’arrive et il m’est beaucoup arrivé d’interpeller un regard assez violent de par mon travail de performeur ou tout court, par des signes que je peux donner qui me rendent agressif pour une bonne masse d’Africains, faisant preuve de violences à la fois verbales et physiques souvent pour me faire entendre. “Tu es une honte pour les Africains” ou “Espèce de faux Noir.” C’est à se demander qui tient la mesure de la noirceur. »

  • Patrick Fodjo, comédien

« Personnellement, je n’ai jamais été victime de racisme frontal : je n’ai jamais été insulté, traité de “sale Noir”, etc. Néanmoins je remarque qu’il existe une autre forme de racisme, plus insidieuse, plus hypocrite, celui qui semble institutionnalisé. Ici, en France, un Noir peut difficilement se retrouver en haut de l’échelle sociale sans que ce ne soit un événement. Comme si on ne pouvait se détacher d’une certaine image qu’on a du noir, celle qui est véhiculée depuis des siècles à travers des clichés et idées reçues. Je rêve qu’un jour on se voit les uns les autres avant tout comme des êtres humains au-delà des couleurs, appartenances religieuses et autres… »

  • Lesley Melvin du Pont, chanteur

« Ce projet est très important car il s’agit de notre histoire. Je joue une des têtes coupées dans la chorale et, pour moi, c’est quelque chose de très personnel car parmi ceux qui ont eu la tête coupée, il y aurait pu y avoir un de mes arrière-grands-parents. En Namibie, mon pays, personne ne parle de ces choses-là, donc je suis heureux d’avoir la possibilité de transmettre aux autres ce que j’ai appris. » laËtitia lalle bi bÉnie Comédienne « J’ai le désir de travailler et de vivre dans une France libérée du poids de la couleur. Grâce à cette expérience, je vais habiter un corps qu’on a mal regardé et qui en est encore meurtri. Vous vous arrêtez et nous nous arrêtons sur des corps qui hantent notre histoire passée et présente pour mieux les regarder, les soulager et les libérer. Cette performance est pour moi un défi physique et émotionnel que je suis heureuse de partager avec des comédiens professionnels et non professionnels. Des gens habités par une blessure, des gens comme vous. »

  • Jean-Philippe Mpeng-Backot, comédien

« Pour pardonner mais surtout ne jamais, jamais oublier. »

Source : http://www.humanite.fr/ce-que-disent-les-performeurs-dexhibit-b-559041#sthash.YLca05vW.KJkToz9c.dpbs

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video