• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] ANTILLAIS TUÉ À MILLAU : DEUX FRÈRES CONDAMNÉS

[ACTUALITÉ] ANTILLAIS TUÉ À MILLAU : DEUX FRÈRES CONDAMNÉS

La cour d’assises de l’Aveyron a condamné vendredi à 15 ans de réclusion deux frères reconnus coupables d’avoir été les « meneurs » d’une expédition ultra-violente à Millau en 2010, durant laquelle un Antillais de 20 ans avait été tué à coups de couteau. Le procès, qui a duré deux mois, n’a pas permis d’établir lequel des 18 accusés avait porté les coups mortels à Jean-Ronald d’Haity, jeune habitant de Millau originaire de la partie française de l’île antillaise de Saint-Martin.

Morad Laanizi, 26 ans, a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle, tout comme son frère aîné, également né à Millau au sein d’une famille marocaine, Taoufik Laanizi, 32 ans. Ces condamnations sont inférieures aux réquisitions. L’accusation avait réclamé 20 ans de réclusion criminelle pour Morad Laanizi, et 17 ans pour Taoufik. Selon le parquet, l’expédition punitive pour « aller niquer les Blacks » avait été organisée comme « une vengeance » après une bagarre entre un des frères Laanizi avec un autre Saint-Martinois de Millau, un mois plus tôt.

Au total, 18 hommes âgés de 23 à 32 ans étaient jugés pour « assassinat », « tentative d’assassinat » et « violences aggravées ». La cour a condamné à 10 ans de réclusion criminelle Vincent Tournadre, 26 ans, et à 13 ans Abdel-Malik Taghouzi, 30 ans.
D’autres accusés ont reçu des peines allant d’un an avec sursis à 8 ans. Huit accusés ont été acquittés.

La défense en avait présenté certains comme des « figurants », qui avaient cru bon de suivre leurs « copains » pour « une baston ». Dans sa plaidoirie pour les frères Laanizi, Me Jean-Robert Phung avait rappelé que l’accusation n’avait « pas réussi à déterminer qui a mis le coup de couteau ». L’avocat avait interpellé les jurés en disant: « Votre conscience et la loi, aussi, vous autorisent à dire que vous ne savez pas (…) Allez-vous entériner un fiasco judiciaire? ». « On ne peut pas dire que c’est une affaire qui a mal tourné », avait au contraire souligné dans son réquisitoire l’avocat général, Jérôme Laurent. « Le groupe était déterminé, nombreux, encagoulé et armé. Il y a l’intention d’homicide », avait-il ajouté.

Le soir du 8 mai 2010, une vingtaine de jeunes hommes – armés de couteaux, de battes de base-ball et même d’un sabre de samouraï – avaient forcé la porte de l’appartement de Jean-Ronald d’Haïty. Le garçon avait reçu un coup de couteau dans le dos et un autre en plein coeur. Les amis antillais avec lesquels il passait la soirée étaient parvenus à s’échapper. Trois avaient sauté du deuxième étage: une femme s’était ainsi fracturé une jambe et un homme avait été coursé par les assaillants puis poignardé et assommé.

Source :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/11/28/97001-20141128FILWWW00461-antillais-tue-a-millau-deux-freres-condamnes.php

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook