• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] AFRIQUE DU SUD : LA VEUVE DE NELSON MANDELA APPELLE À L’UNITÉ NATIONALE.

[ACTUALITÉ] AFRIQUE DU SUD : LA VEUVE DE NELSON MANDELA APPELLE À L’UNITÉ NATIONALE.

Graça Machel, veuve de Nelson Mandela, a lancé un appel émouvant à l’unité africaine lors d’un service commémoratif en hommage à une victime des récentes violences xénophobes en Afrique du Sud.

Mme Machel a décrit l’assassinat du mozambicain Manuel Jossias comme « un symbole de ce qui ne doit plus se reproduire ». M. Jossias avait été matraqué et poignardé à mort dans le township d’Alexandra, à Johannesburg, le 18 avril. Son assassinat, qui a été filmé par un photojournaliste, a choqué la nation et a provoqué l’indignation mondiale.

Dans un discours émouvant à Johannesburg, Mme Machel a déclaré que les récentes violences devraient « réveiller » l’ensemble de la région.

Au moins sept personnes ont trouvé la mort au cours d’un mois d’attaques contre des étrangers et leurs biens en Afrique du Sud.

« La migration est dans notre sang »

Sous les applaudissements de la foule, Mme Machel, qui est non seulement une ancienne première dame d’Afrique du Sud mais aussi du Mozambique, a appelé à l’acceptation de toutes les nationalités: « Je suis Sud-africaine. Je suis Mozambicaine. Je suis Zambienne. Je suis Zimbabwéenne, » a-t-elle affirmé, avant de poursuivre: « La migration est dans notre sang ! Les frontières ont été créées par les colonisateurs. Elles ne signifient rien pour nous parce que nous sommes unis. »

Elle a décrit la récente flambée de violence comme étant une « expression de la haine de soi qui a été inculquée par le système de l’apartheid ».

Mme Machel a souligné que des attaques similaires se reproduiraient, jusqu’à ce que les pays de la région soient en mesure de fournir de meilleures opportunités économiques à leur peuple.

Après son discours, l’ancienne première dame a éclaté en sanglots, selon le correspondant de la BBC Milton Nkosi.

Le président a également profité de son discours pour critiquer la migration irrégulière depuis d’autres pays de la région: « Si nous avons un problème qui est accusé d’être xénophobe, nos pays amis contribuent à l’aggraver. Pourquoi leurs citoyens ne se trouvent-il pas dans leur pays plutôt qu’en Afrique du Sud? » aurait-il demandé selon les médias locaux, même si ces phrases ne sont pas incluses dans le relevé de notes officiel de son discours par le gouvernement.

 

Source : http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2015/04/150429_afriquedusud_machel

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook