• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] AFRIQUE DU SUD : DE NOUVEAUX SOUPÇONS DE COMPLOT CONTRE LE PRÉSIDENT ZUMA.

[ACTUALITÉ] AFRIQUE DU SUD : DE NOUVEAUX SOUPÇONS DE COMPLOT CONTRE LE PRÉSIDENT ZUMA.

L’ancien président sud-africain Thabo Mbeki est de nouveau accusé d’avoir comploté pour empêcher Jacob Zuma d’accéder à la présidence de l’ANC en 2007 en le mettant en cause dans l’affaire de l’ « Arms Deal ». Cette fois, c’est le parquet qui mène la charge en s’appuyant notamment sur des enregistrements réalisés par les services secrets, qui avaient déjà été utilisés en 2009.

Les accusations contre Thabo Mbeki ne sont pas nouvelles, mais elles ont été renouvelées cette semaine par l’Autorité nationale des poursuites, le parquet sud-africain, qui a rendu public un rapport de 153 pages jeudi 2 avril. Ce rapport constitue une première réponse officielle aux plaintes déposées par l’Alliance démocratique (DA, opposition) qui demande que le procès de l’« Arms Deal » soit rouvert et que des poursuites pour corruption soient, de nouveau, engagées contre Jacob Zuma. Cette fois, l’Alliance démocratique et le ministère public s’appuient sur les « spy tapes », ces enregistrements-espions qui avaient permis à Jacob Zuma d’être blanchi en 2009.

Soupçons d’instrumentalisation de la justice

Selon ce rapport, le parquet aurait été utilisé comme un « instrument politique » par Thabo Mbeki et ses proches pour stopper la carrière politique de Jacob Zuma en 2007, année où ce dernier prend la tête de l’ANC. A la lecture du rapport présenté par l’Autorité nationale des poursuites, la collusion entre le parquet et la présidence aurait atteint à cette époque des proportions « choquantes ».

L’ancien procureur général et le chef de la police spéciale des Scorpions auraient tous deux été impliqués dans ce complot politique et auraient décidé du calendrier des poursuites contre Jacob Zuma en concertation avec le plus haut niveau de l’Etat. A l’époque, le chef des Scorpions se serait entretenu régulièrement avec le ministre sud-africain des Services secrets, Ronnie Kasrils, lui-même soupçonné d’avoir fait l’intermédiaire avec le président Thabo Mbeki.

L’ancien président refuse de commenter

Mais ces conclusions n’ont rien de convaincant, selon l’Alliance démocratique, qui critique un rapport « médiatique » qu’elle dénonce avec d’autant plus de force que l’opposition soupçonne Jacob Zuma d’avoir lui-même des alliés au sein du ministère public. Pour sa part, l’ancien président Thabo Mbeki a faire savoir qu’il attendrait d’être en possession du rapport pour engager d’éventuelles poursuites. Il a précisé que ces allégations avaient déjà été balayées par la justice en 2009.

 

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20150405-afrique-sud-thabo-mbeki-jacob-zuma-anc-arms-deal-parquet-poursuites/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook