UN MARCHÉ AUX ESCLAVES EN LIBYE

Des migrants originaires d’Afrique de l’Ouest interrogés par l’OIM disent avoir été achetés et revendus dans des garages et des stationnements de la ville de Sabha, localité du sud de la Libye par laquelle passent de nombreux candidats à l’exil. Originaires surtout du Nigeria, du Sénégal et de la Gambie, les migrants sont capturés alors qu’ils font route vers le nord de la Libye, d’où ils comptent gagner l’Europe en traversant la Méditerranée.

« Vous allez au marché, et vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant » et l’utiliser pour « vos travaux », a déclaré aux médias le chef de la mission de l’OIM en Libye, Othman Belbeisi, de passage à Genève.
« Après l’avoir achetée, vous devenez responsable de cette personne. (…) Certaines d’entre elles s’échappent, d’autres sont maintenues en servitude », a-t-il ajouté.

Les témoignages recueillis par les Nations Unies font également état de femmes vendues comme esclaves sexuelles.  D’autres témoignages racontent qu’une fois vendus les migrants sont victimes de torture et font l’objet de demande de rançons.

Commentaires

commentaires