CPI : L’AFRIQUE DU SUD S’EXPLIQUE SUR LA NON ARRESTATION D’OMAR EL-BECHIR 

CPI : L’AFRIQUE DU SUD S’EXPLIQUE SUR LA NON ARRESTATION D’OMAR EL-BECHIR

Ce vendredi, l’avocat de l’Afrique du Sud était devant la Cour pénale internationale pour expliquer que son pays n‘était tenu aucunement de procéder à l’arrestation d’Omar el-Béchir lors de sa visite dans le pays il y a deux ans, malgré l’existence d’un mandat lancé contre lui.

« Il n’y a aucun article du droit international et du Statut de Rome qui exige l’arrestation d’un chef d‘État d’un pays non-signataire, comme Omar el-Bechir », c’est ce qu’a affirmé Dire Tladi devant le tribunal.

De son côté, le procureur de la CPI argue que les juges devraient se référer au Conseil de sécurité des Nations unies ou à l’assemblée de la Cour pour faire appliquer son mandat d’arrêt, en ce sens que, du fait de la coopération entre les États, ces derniers sont tenus d’executer certaines obligations, notamment l’arrestation des suspects. ‎

La CPI, par le biais de ses juges devra devra donc trancher ce litige. Il s’agira de dire si l’‎Afrique du Sud a violé ou non ses obligations en n’arrêtant pas le président soudanais.

Commentaires

commentaires