SALIF KEÏTA: « EN AFRIQUE, C’EST L’IGNORANCE QUI CONDUIT À SACRIFIER DES ALBINOS »

La star malienne interplanétaire, Salif Keïta, surnommé la voix d’or est sans doute l’un des ambassadeurs de la musique le plus côté du continent noir.

Âgé de 67 ans, l’homme aux quinze albums est atteint d’albinisme, une maladie génétique de dépigmentation de la peau. Par contre ce qui fait la particularité et la notoriété de Salif Keïta dans ce monde, c’est le combat qu’il mène d’arrache-pied pour protéger et surtout venir en aide tant bien que mal aux albinos du continent.

À la lecture d’une série consacrée aux albinos du Malawi, l’homme à la voix d’or ne pouvait s’empêcher de s’exprimer sur la question de l’albinisme. Avec sa fille adoptive, Nantenin Keïta, albinos elle aussi et championne paralympique du 400 mètres et du 100 mètres, ils sont désormais les porte-voix des albinos en marge des sociétés africaines.

Interrogé sur la condition des albinos en Afrique, la star n’a pas pu contenir son trop plein d’indignation quant à la manière avec laquelle les albinos sont traités en Afrique.

« Il y a beaucoup plus d’albinos qu’on le pense, et il y a beaucoup plus de crimes impunis qu’on ne le pense. Pourquoi ces crimes ? Parce que les gens sont ignorants. Ils ne comprennent pas comment deux Noirs peuvent donner naissance à un Blanc. Ils ne savent pas que l’albinisme résulte d’un déficit de production de la mélanine, principal pigment qui colore la peau. Ces gens interprètent l’albinisme de façon traditionnelle, pensent que les albinos sont puissants, et qu’il faut les tuer pour s’accaparer leur pouvoir. Prendre leur sang, leurs cheveux, leurs membres.» explique-t-il.

Selon lui un des principales causes du mutisme face aux maux dont souffrent amèrement les albinos à l’instar des élus administrateurs, c’est la presse locale.
Pour lui, les médias locaux sont corrompus et tout le temps au service des gouvernements.

« Ils sont corrompus. Qui leur donne de l’argent ? Les gens qui ont le pouvoir sont les riches. Bizarrement, ce sont les mêmes personnes qui sacrifient les albinos sur conseils de marabouts pour être élus. Donc ne comptez pas sur eux pour en parler. »

Le manque de soutien de l’Onu a été soulevé par Salif Keïta. En effet l’Onu avait fait de la journée du 13 juin la journée mondiale de l’albinisme. Mais depuis cela rien n’a été fait pour soutenir réellement les albinos.

« Il faut que les Nations unies aillent plus loin. Le travail n’est pas facile, mais il faut y croire. C’est difficile de lutter contre les préjugés, qui peuvent mener aux pires horreurs. Plus l’Occident s’intéressera aux albinos, plus les Nations unies s’intéresseront aux albinos, plus ça changera. Je connais aujourd’hui des femmes qui veulent avoir des enfants albinos. Pourquoi ne pas en faire une fierté ? »

Commentaires

commentaires