SISLEY LOUBET : LA GUYANAISE DERRIÈRE RIHANNA ET SHAKIRA

« On a hérité d’une transmission très familiale. En Guyane, nous étions dans notre cocon familial, notre maman était presque notre prof. Nous allions danser, faire des concours de danse ensemble, nos parents nous aidaient à récolter des fonds pour partir faire des stages. C’était très familial, très entouré et ça nous donnait envie de continuer ». Se remémore Sisley Loubet avec beaucoup de nostalgie.

Si ses parents lui ont transmis l’envie de danser et de continuer à le faire, aujourd’hui cette envie fait de Sisley Loubet l’une des danseuses les plus en vues. La Française, originaire de Cayenne en Guyane, a nourrit sa passion de sorte qu ‘après l’obtention de son bac elle s’installe à Paris, où elle est formée au Centre International de Danse Jazz Rick Odums. Sa détermination sera récompensée puisqu’en 2007, elle obtient une bourse sponsorisée par Oprah Winfrey, pour poursuivre une formation à New York au sein de la prestigieuse école Alvin Ailey, porte-drapeau de la danse afro-américaine aux États-Unis. « C’était une chance incroyable pour moi : je me rappelle avoir écrit une lettre de remerciement à Oprah Winfrey, qui était l’une de mes sponsors », se souvient – elle avec émotion.

À sa sortie de l’école, c’est d’abord avec Shakira qu’elle va collaborer. Puis elle multipliera de collaborations avec les plus grands P. Diddy, Katy Perry, Mary J. Blige, Pitbull et même Rihanna. Mais Sisley a beau danser avec les plus grands, elle n’en a pas pour autant la grosse tête. À 28 ans, la danseuse guyanaise aime bien revenir dans sa France natale pour partager sa passion. « J’aime aussi revoir des élèves que j’ai fréquenté dans les écoles où j’ai commencé (…) Transmettre le savoir en 1h30 de cours, c’est un challenge. J’essaie de m’adapter aussi aux personnes moins entraînées pour qu’elles aient les bases de la musicalité, l’écoute et un style ».

Loin d’imaginer une telle carrière à ses débuts, la Guyanaise savait juste ce qui lui plaisait : « J’aimais la scène et j’avais envie d’en faire dans les plus grandes dimension. Aujourd’hui, c’est un rêve de petite fille ». Confie celle qui parcouru le monde aux cotés de Rihanna en 2013, lors de sa dernière tournée internationale Diamond World Tour, puis les États-Unis, en 2014, lors de son Monster Tour avec Eminem. Aujourd’hui, elle compte parmi les danseuses les plus en vue de Los Angeles.

NegroNews

Commentaires

commentaires