PEACE HYDE, LA DIVA DE LA TÉLÉVISION AFRICAINE !

Née à Londres, Peace Hyde menait une vie au calme en Grande Bretagne. D’abord professeure de physique, chimie et biologie, elle décide bien vite de tout arrêter pour vivre son rêve. « Je voulais poursuivre mon rêve d’enfant : travailler dans l’univers du divertissement. C’était le moment ou jamais. Alors je suis allée au Ghana pour vivre ma passion », raconte la jeune femme alors âgée de 28 ans à l’époque.

Partie pour le Ghana, son pays d’origine, en 2014, Peace Hyde va décrocher un an plus tard son premier rôle dans une série télévisée, avant de se reconvertir bien vite au poste de correspondante de Forbes Africa en Afrique de l’Ouest, peut-on lire sur le site d’information www.lemonde.fr. Belle et talentueuse, la jeune femme est depuis mai 2016 animatrice sur la chaîne Forbes Africa TV, avec son émission « My Worst Day ».

De Muhammad Sanusi II, actuel émir de Kano et ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, à Aliko Dangote, homme le plus riche d’Afrique, en passant par la femme d’affaires nigériane Folorunsho Alakija, ils sont tous passés sur le plateau de la jeune femme, pour revenir sur les moments difficiles de la construction de leur fortune. « « Quel a été le pire jour de votre carrière ? », une question qu’elle aime poser sans tabou. Pourquoi ? Elle s’explique :« A la télévision, on montre toujours le côté paillettes et glamour des grands hommes d’affaires, mais jamais le côté obscur du business (…) C’est intéressant pour les téléspectateurs de voir comment ces personnalités ont remonté la pente ».

Élégante, aux formes voluptueuses, la femme de 31 ans qui suscite tant l’admiration de ses 266.000 fans sur Instagram, gère également Aim Higher Africa. Une ONG, spécialisée dans l’éducation, qu’elle a fondé pour venir en aide à des jeunes diplômés en fin de cursus. « L’objectif de l’organisation est de mettre fin au chômage des jeunes grâce à des solutions innovantes (…) Au Ghana, des millions d’étudiants sont diplômés tous les ans mais ne trouvent pas de travail. Il faut apprendre aux enfants très tôt à créer, à entreprendre ». explique t-elle dans les lignes du journal Le Monde. En 3 ans, son organisation a permis d’aider 2000 jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat.

NegroNews

Commentaires

commentaires