AFRIQUE DU SUD: L’ÉTAT LANCE DES PATROUILLES POLICE CONTRE LA XÉNOPHOBIE

La problématique autour des actes à caractère xénophobe à l’égard des étrangers en Afrique du Sud a été le centre de plusieurs débats sur la toile. Créant ainsi le mécontentement de tout le continent, c’est l’Afrique dans sa globalité qui s’est indigné à la vue de ces actes haineux commis par des noirs sur leur frère de même continent. A cet effet pour laver son image, l’Etat sud-africains a décidé de prendre des mesures suite à cette vague de violences qui a conduit à la mort de plusieurs étrangers. 

Dans la capitale, plusieurs organes d’intervention ont été déployées dans presque toutes les rues afin d’éviter une autre scène de cette envergure. Car certains sud-africains veulent toujours le départ des étrangers. « Si je vends un pain à dix rands, ils le vendent à neuf rands, le même pain … Où est-ce qu’ils le trouvent à neuf rands? », peste un habitant d’un ship-town.

Une grosse haine contre les étrangers est née en Afrique du Sud. Cette dernière s’inscrit comme l’une des plus sanglantes enregistrés dans le contient. Pour un autre citoyen: « Si vous lui proposez de le payer 50 rands, c’est bien pour lui, juste parce qu’il n’est pas un citoyen sud-africain. Cette chose nous tue, nous sommes des citoyens sud-africains mais il n’y a pas de travail, nous souffrons ».

Selon Ingrid Palmary, directrice académique des études sur les migrations, il faut que les autorités sud-africaines engagent une lourde condamnations contre ces violences. «Nous devons par exemple reconnaître que cette violence est dirigée contre les étrangers, ce ne sont pas de simples actes de criminalité, et donc il nous faut des systèmes d’alerte préventive qui nous avertissent des endroits où il y a un risque élevé de violence. Nous devons également avoir une réponse très rapide et forte. Nous devons avoir une réaction policière forte, et nous avons besoin que nos autorités condamnent cette violence »

Selon les données de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, plus d’un million de demandeurs d’asile et environ 2,2 millions d’immigrants légaux vivent en Afrique du Sud.

Commentaires

commentaires