LA « NATION ARC-EN-CIEL », PLUS RACISTE QUE JAMAIS !

Que sont donc devenues toutes ces valeurs de tolérance, d’acceptation de l’autre et de vivre-ensemble pour lesquelles tant de personnes ont sacrifié leur vie au temps de l’Apartheid? Les sud – africains ont-ils si vite oublié la lutte acharnée dans laquelle ils ont dû se livrer pour atteindre la liberté ? La « Nation Arc-en-Ciel » a -t-elle perdu ses couleurs, ses valeurs d’accueil et d’acceptation de l’autre ?

Tant de questions qui envahissent à raison l’esprit des africains. D’autant plus que depuis quelques années maintenant, les sud-africains rejettent avec véhémence les africains expatriés dans leur pays. Une croissance de haine et d’intolérance qu’on a parfois du mal à expliquer tant elle est soudaine et violente.

Vendredi dernier, se tenait à Pretoria [une ville anti-immigration], une manifestation anti-étrangers rassemblant près d’un millier de personnes. La marche que la police suivait avec beaucoup d’attention, a pris une toute autre tournure lorsque les manifestants sont entrés dans un quartier où vivent de nombreux somaliens. Armés de briques et de poteaux de bois, les deux camps étaient prêts à intervenir comme rapporte le quotidien Le Monde. N’eût été l’intervention des forces de l’ordre avec des canons à eau, du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc, l’affrontement aurait pu être sanglant.

Les sud-africains rendent les immigrés coupables de toutes leurs misères. Visiblement, la population étrangère augmente les chiffres du chômage soit 30% parmi eux. Par ailleurs, il semblerait qu’ils favorise la pratique de plusieurs activités illicites telles que le prostitution ou en encore du narcotrafic, même lorsque ces derniers ne représentent que 4% de la population. Aux vu des violences qui avaient déjà eu lieu entre 2008 et 2015, on en vient à se demander pourquoi les autorités ont autorisé cette manifestation.

Jacob Zuma quand à lui appelle au calme mais doute tout de même du fait que ses concitoyens étaient fondamentalement xénophobes. Il est bien le seul car l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) redoute une escalade des tensions. D’autant que les immigrés envisagent de se mobiliser pour assurer leur propre protection, révèle Voice of América.

Commentaires

commentaires