COMPARÉE À UNE PEAU DE BANANE, ELLE DEVIENT MANNEQUIN!

« Les gens éprouvent souvent le besoin de se comparer aux autres parce que la société met toujours en avant des personnes avec certains traits physiques. Le plus souvent, vous verrez en couverture des magazines des filles très minces. Ces magazines se vendent dans le monde entier et du coup, les filles commencent à se dire : ‘Voici ce que les gens ont envie de voir. Il faut que je lui ressemble absolument' ». Déclarait la jeune Salem Mitchell en 2015 alors qu’elle avait déjà été interrogée par le site C-Heads. Comme Winnie Harlow mannequin atteint de vitiligo ou Ashley Graham mannequin plus size, Salem Mitchell fait partie de cette nouvelle génération de modèles qui démontent les standards de beauté devenus universels.

Cela est d’autant plus vrai que quelques mois plutôt encore, la jeune afro-américaine alors élève dans une école d’arts à San Diego, subissait sur les réseaux sociaux des railleries à cause de ses taches de rousseur, allant même jusqu’à être comparée à une peau de banane. Mais loin de se laisser abattre par la critique,Salem va faire un pied de nez à ses haters et elle a commencer à poser avec des bananes. « Si les gens veulent rire de moi, je vais rire avec eux, je vais être en charge des blagues qui sont faites sur moi », estimait la belle.

Du second degré, un peu de créativité, et un physique avantageux, ajoutés aux critiques des haters qui la galvanisaient, Salem Mitchell a su en faire une recette à succès. Puisqu’elle est devenu la nouvelle it-girl que tout le monde s’arrache. Depuis, la belle a posé pour Gucci, le site web de Beyoncé, et surtout, elle a eu droit à un article et des photos dans le Vogue US. Aujourd’hui plus déterminée que jamais la jeune fille est prête à se frayer un chemin dans l’univers de la mode qu’importe les critiques. « Je n’ai pas le corps du mannequin type mais ça ne m’arrêtera pas. Aujourd’hui, nous pouvons briser les barrières et détruire les traditionnels standards de beauté », conclut-elle.

NegroNews

Commentaires

commentaires