YAHYA JAMMEH SOUPÇONNÉ DE VOL !

« Au moment où nous prenons en main le gouvernement, la Gambie est en détresse financière. Les caisses sont pratiquement vides. (…) en l’espace de deux semaines, 500 millions de dalasi ont été retirés », par le président déchu Yahya Jammeh. Telles sont les affirmations de Mai Fatty, un proche conseiller du nouveau chef de l’État gambien, toujours réfugié à Dakar où il a prêté serment jeudi.

Après six semaines de crise politique grave née du refus de M. Jammeh, battu à l’élection présidentielle du 1er décembre 2016, de céder la place à M. Barrow, les choses commencent à se décanter. Sous d’intenses pressions diplomatiques, notamment de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), l’ex-président gambien a finalement accepté de se retirer, après vingt-deux ans de pouvoir, et s’est envolé de Banjul, la capitale, pour Conakry samedi soir.

Après six semaines de crise politique grave née du refus de M. Jammeh, battu à l’élection présidentielle du 1er décembre 2016, de céder la place à M. Barrow, les choses commencent à se décanter. Sous d’intenses pressions diplomatiques, notamment de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), l’ex-président gambien a finalement accepté de se retirer, après vingt-deux ans de pouvoir, et s’est envolé de Banjul, la capitale, pour Conakry samedi soir.eh, y compris à revenir dans son pays, saluant sa « bonne volonté » pour parvenir à un dénouement pacifique de la crise.

NegroNews

Commentaires

commentaires