LE CONTROLE AU FACIÈS EN NETTE PROGRESSION CHEZ LES JEUNES

Selon que l’on soit blanc, noir ou arabe, les forces de l’ordre dans l’hexagone ont une attitude spécifique. Les jeunes noirs et arabes ont tout simplement 20 fois plus de chances de se faire contrôler par la police que d’autres. ‎
L’enquête du Défenseur des droits publiée ce vendredi 20 janvier est sans appel. Les jeunes noirs ou arabes vivent « des relations plus dégradées avec les forces de l’ordre » que l’ensemble de la population sont contrôlés davantage. ‎ »Au sein de la population générale, si seulement 16% des personnes déclarent avoir été contrôlées dans les cinq dernières années, cette proportion atteint près de 40% parmi les jeunes de 18-24 ans. Les jeunes hommes du même âge perçus comme noirs ou arabes/maghrébins sont encore plus concernés puisque 80% d’entre eux rapportent avoir été contrôlés au moins une fois par les forces de l’ordre sur la même période », précise le rapport.
Au delà de ces contrôles récurrent, la relation de ces jeunes avec la police est globalement négative. ‎Ils rapportent davantage avoir été tutoyés (40% contre 16% de l’ensemble), insultés (21% contre 7% de l’ensemble), ou brutalisés (20% contre 8% de l’ensemble) lors du dernier contrôle qu’ils ont vécu.
Cette étude, vient mettre des chiffres précis sur une discrimination réelle vécu par les jeunes issus de l’immigration. Ce deux poids deux mesure à d’ailleurs pour principal effet de faire naître chez les discriminés un sentiment de défiance, de non appartenance aux organes et institutions de la République. ‎Et pour y remédier Jacques Toubon, Défenseur des droits préconise la ‎mise en place de moyen de traçabilité des contrôles pour permettre aux personnes s’estimant victimes de discriminations ou de manquements à la déontologie d’exercer des recours. La traçabilité des contrôles permettrait aussi, à terme, d’évaluer leur efficacité, selon le Défenseur.

NegroNews

Commentaires

commentaires