LA LUTTE ANTI FCFA SE POURSUIT LE 11 FÉVRIER 2017

Après la mobilisation monstre du 7 janvier, mobilisation qui a mobilisée une quinzaine de pays simultanément, l’Organisation Non Gouvernementale ‎Urgences Panafricanistes (URPANAF) a décidée de maintenir la pression et de surfer sur ce vent de révolte contre cette monnaie colonialiste qu’est le Franc CFA. ‎

URPANAF aidée de plusieurs autres mouvements panafricanistes avait réussi à faire une véritable démonstration de force le 7 janvier dernier. Preuve que le peuple noir peut s’unir autour de vraies questions. Et visiblement cette ONG et par la même, les citoyens africains souhaitent maintenir la pression sur les gouvernants. Pour se faire, a‎près la mobilisation historique du 7 janvier‎, le Front Anti-Franc CFA‎, appelle à une nouvelle action unitaire contre la monnaie coloniale et l’implantation des bases militaires étrangères en Afrique le samedi 11 février prochain.

Pour rappel, ce front militant panafricaniste a été initié en 2016 par l’ONG URPANAF, co fondée par le militant panafricaniste, essayiste et chroniqueur télé Kemi Seba. L’objectif est aussi simple que possible, fédérer les acteurs de la société civile africaine, la diaspora et les afro-descendants, créer un véritable sentiment panafricaniste et d’unité chez ces derniers, dire non sans possibilité de négociation à toutes formes d’ingérence, qu’elle soit monétaire, financière, économique, politique ou militaire. Autrement dit accéder à l’indépendance des pays africains. Pas cette indépendance factice des pays africains qui ne le sont véritablement que de nom. ‎

La mobilisation du 11 février sera donc encore l’occasion de faire montre du refus farouche des sociétés civiles africaines au néocolonialisme sous toutes ses formes. Dans près de 30 pays un message commun sera envoyé aux dirigeants africains pour qu’ils prennent leurs responsabilités et aux autorités françaises pour qu’elles prennent acte d’un changement de paradigme qui s’opère dans les mentalités africaines. ‎

Vivement que la mobilisation soit encore plus monstre qu’elle ne l’était le 7 janvier. C’est tout simplement une démonstration de force qui doit être faite. Nous terminerons sur le Slogan d’Urgence Panafricaniste, ONG à qui il faut reconnaître la paternité de tout cela. « Ce que l’Union Africaine n’a pas fait pour le Peuple, le Peuple le fera lui même ».

Commentaires

commentaires