JAMMEH PARTI, LE SÉNÉGAL PEUT-IL SOUFFLER?

En tête des pays qui ont fait du problème de la Gambie une affaire quasi personnelle, il y a le Nigeria mais surtout le Sénégal. Le Président Macky Sall a fait preuve d’une implication de tous les instants. Cela est sans doute dû à la situation géographique de la Gambie, un pays enclavé dans le Sénégal avec tout juste un bras de mer. Mais au delà de la question géographique, le Sénégal en militant pour le départ de Jammeh pensait assurément à faire d’une pierre, deux coups résolvant le problème des rebelles casamançais.

Ainsi les enjeux sont, pour le Sénégal, essentiellement de deux ordres. D’abord s’assurer d’avoir un voisin démocratique et paisible, mieux structuré. Cela permettra aux autorités sénégalaises de mieux lutter contre toutes formes de trafiques. Notamment le trafique de drogue et le trafique du bois sénégalais des forêts casamancaises qui, via la Gambie, embarque pour la Chine. Ensuite ‎mettre un point final à la rébellion casamançaise du MFDC‎ . ‎

Quel rapport y a t-il entre Yahya Jammeh et les rebelles de Casamance? Le dictateur a fait de son pays la base arrière de la rébellion casamancaise. L’intérêt étant d’avoir un moyen de pression sérieux et permanent contre le Sénégal. Le Sénégal avait donc intérêt à ce départ. Yoro Dia, politologue sénégalais, affirme même que ce départ va permettre de ‎«‎ tourner la page de notre crise nationale la plus grave ».‎

Et pourtant, il faut attendre de voir car les choses ne sont pas si simple que ça. Yahya Jammeh étant parti, le MFDPC pourrait réagir de façon viscéral à la perte d’un allié certains. En l’état actuel des choses, si le groupement rebelle ne semait plus de trouble dans le pays, il n’avait non plus déclaré la fin des hostilités.

Ce choix affiché du Sénégal pour Adama Barrow, laisse présager que ce dernier aura une inclinaison naturelle en faveur des autorités sénégalaise. Une situation qui pourrait déplaire aux rebelles. Nous le saurons très vite. ‎

Commentaires

commentaires