DES CHIENS DÉVORENT LE FILS D’ADAMA BARROW

Le 12 janvier Adama Barrow quittait la Gambie, d’abord pour aller porter le message de la démocratie bafouée en Gambie, mais sans doute également pour se mettre en sécurité. Réfugié depuis au Sénégal, sa famille devait le rejoindre. Malheureusement Adama Barrow ne la reverra jamais au complet. Habib, 8 ans et fils de sa deuxième femme a été tout simplement dévoré par quatre pitbulls le dimanche 15 janvier. Conduit dans une structure hospitalière, rien a pu être fait pour sauver le garçon. Un accident (quoique) qui jette l’effroi dans tout le pays.
En quittant la Gambie, la consigne d’Adama Barrow était claire et simple. Ce dernier a demandé à sa famille de se cacher en lieu sûr. Pour accomplir cette tâche, la première épouse du président élu, prend sur elle d’emmener les enfants chez une tante dénommée Néné Gallé. La dite femme réside près de la station balnéaire de Senegambia. Une fois fait, la première femme est elle même aller se mettre en sécurité ailleurs.
Selon les sources de la famille, c’est à partir de ce moment que le drame s’est quelque peu dessiné. En effet sans qu’on ne sache pourquoi réellement, la tante décide unilatéralement qu’il est préférable de déposer le petit Habib chez un monsieur, homme d’affaire, aucunement apparenté à la famille, dénommé Vieux Ceessay. Un choix qui sera dramatique.
Le vieux Ceessay possède plusieurs chiens dangereux, le jeune Habib, à peine âgé de huit ans n’a pas forcément conscience du danger, il est isolé de tous ses frères et soeurs. Des dires d’une voisine, qui elle même tient ses informations de la femme de ménage, « Le 15 janvier vers 17 heures, Vieux Ceessay est sorti de la maison en y laissant le jeune Habib et la femme de ménage qui officiait derrière la cour, sans prendre la précaution d’attacher les chiens. Quelques minutes plus tard, quelqu’un a sonné à la porte et le jeune Barrow est allé ouvrir. C’est là que les pitbulls se sont attaqués à lui, causant l’irréparable. ». Un autre membre du voisinage raconte, « Ce sont les cris de la femme de ménage qui ont ameuté le voisinage. Sur place, nous avons eu beaucoup de mal à chasser les gros chiens qui avaient déjà entamé le petit au visage et surtout au ventre. ». Le drame est donc survenu.
Pour les gambiens cet accident n’en est pas vraiment un. Les gambiens qui vouent un culte certains aux fétichisme, maraboutages, mysticismes, y voient soit la démonstration de la puissance du dictateur Jammeh qui voulait commettre son dernier sacrifice en guise de représailles, soit le sang d’un innocent versé pour éviter que celui des gambiens ne soit versé massivement de par ces temps de crise et le conflit armé qui se profile.
Quoiqu’il en soit, pour rester raisonnable, il faut se poser les bonnes questions. Pourquoi séparer Habib Barrow de ses frères? Pourquoi le laisser chez un individu possédant des chiens aussi dangereux? Un proche d’Adama Barrow reste profondément sceptique, affirmant
« Cette affaire n’est pas claire. La police a arrêté Vieux Ceessay avant de le relâcher, suite, ai-je entendu, à plusieurs interventions de la famille Barrow. Or Vieux Ceessay n’est ni un ami, ni un parent d’Adama Barrow. Et personne ne sait à quel ‎titre lui a été confié le petit Habib». Il n’hésite d’ailleurs pas à parler d’homicide volontaire. Adama Barrow ne s’est toutefois pas exprimé à ce sujet.

NegroNews

Commentaires

commentaires