MALI : AKON LANCE UNE USINE DE LAMPES SOLAIRES

Akon, de son vrai nom Alioune Badara Thiam est un chanteur et producteur de RnB américano-sénégalais et natif de Saint-Louis dans le Missouri. Alors qu’il s’engage tant bien que mal à remédier à certains maux dont souffre amèrement le continent africain, la star afro-américaine était dans la capitale malienne avec son associé malien Samba Bathily et la start-up française Sunna Design pour lancer la ligne d’assemblage qui serait en mesure de produire 30 000 lampadaires solaires.

La cause africaine est un sujet qui préoccupe beaucoup la star afro-américaine. C’est dans une très large mesure que se justifie cet engagement.

La soirée d’inauguration du 13 janvier 2016 à Bamako par Solektra (société qu’il détient avec Samba Bathily et Thione Niang) d’une ligne d’assemblage de lampadaires solaires confirme tout l’amour qu’il porte pour les siens.

Soutenir l’essor du secteur de l’énergie solaire afin de répondre à une forte demande, tel est le but principal de Solektra .

Les lampadaires seront acheminés dans plusieurs sites en Afrique, notamment au Mali où Solektra a précisé être en train d’installer 1 500 lampadaires dans des zones comme Mopti et Ségou, dans le cadre d’un projet public-privé de 30 000 unités.

Un projet qui s’évalue à plusieurs millions d’euros qu’il démarre avec la seule et unique ambition de se rendre utile auprès de son continent d’origine. Une initiative plus que salutaire qui permettra l’éclairage dans plusieurs zones du pays mais aussi, le recrutement de 30 jeunes qui seront formés pour les installations et l’entretien.

«Je n’ai pas vu un seul autre secteur qui puisse créer autant d’emplois en Afrique que les énergies renouvelables», explique-t-il.

Akon tient à cœur d’adopter une démarche panafricaine, afin de construire un réseau solide et de haut-niveau dans ce domaine, sur l’ensemble du continent, permettant d’assurer ainsi la croissance durable du secteur de l’énergie solaire.

Quelle sera la prochaine étape ? Car apparemment rien ne semble arrêter l’artiste.

Commentaires

commentaires