DÉCOUVREZ L’ÉCOLE DE BALLET DE NAIROBI

À Nairobi (Kenya), Frederik Lerneryd, journaliste suédois s’est durant un an consacré à photographier une école de ballet dans un bidonville, l’un des plus grands que compte l’Afrique de l’Est.

Frederik Lerneryd s’attendait-il à un résultat aussi subliminal? Sans aucun doute, le photographe a affirmé au Huff Post‎ »J’ai rencontré ces danseurs alors que je travaillais sur une autre histoire‎ et j’ai été très ému par ce que j’ai vu. »‎ . Un mélange entre la grâce propre aux danseurs de ballet et la cruauté du cadre, la misère apparente.

Il est tout naturel de se dire que, la danse classique est tout de même loin de ce milieu(bidonville). Et pourtant, ‎grâce à un programme monté par une ONG britannique, Anno’s Africa, une éducation artistique alternative est offerte à plus de 800 enfants au Kenya. Ces classes de ballet ont surtout pour objectif de permettre le bien-être physique et mental, de favoriser l’acquisition de la confiance en soi nécessaire à ces enfants pour rentrer dans l’âge adulte, confiance nécessaire quand on vient de milieux aussi défavorisés.

Par ses clichés, le photographe retrace l’histoire de cette salle de classe qui, une fois l’école terminée, se transforme en salle de danse chaque semaine. Autant les étudiants que les professeurs s’attellent à retirer chaises et les tables, pour ainsi dire, laisser place à l’art. Non pas dans son aspect rigide comme l’exige la danse classique en réalité, mais plutôt dans son aspect humain, sensible.‎

15937033_1197419246974360_8285030665019715962_o16107260_1197419013641050_2161315118911827664_o

Commentaires

commentaires