‎MOSQUÉES PROFANÉES EN AFRIQUE DU SUD

Les faits ce sont déroulés dans la région du Cap. Deux mosquées ont été vandalisées en seulement quelques jours. Chose assez rares dans cette nation au sein de laquelle, les pratiquants du culte islamique ne représentent que 1,5% de la population et vivent en bonne intelligence avec les autres.

Dans la première mosquée, c’est tout simplement un groin de porc et du sang qui ont été trouvés devant l’édifice, dans la seconde, c’est du sang sur les murs et des écritures coraniques jetés par terre.
« Ce qui nous inquiète profondément c’est que ces deux incidents ont eu lieu une semaine après qu’un homme a appelé sur les réseaux sociaux à brûler la mosquée de sa ville et fait des commentaires désobligeants envers les musulmans », souligne Moulana Abdul Khaliq Allie du Conseil juridique musulman. Ces actes qu’on peut aisément qualifiés de stupides et inutiles ne doivent pas remettre en cause le vivre ensemble au sein de la nation arc-en-ciel.

« L’Afrique du Sud a réussi à échapper à cette montée de l’intolérance qu’on voit dans le reste du monde, peut-être parce que l’intolérance a pris de telles proportions dans notre histoire. La majorité des Sud-Africains veulent reconstruire le pays et combattre ce genre de comportement. Notre histoire est tellement récente que la plupart des gens s’en souviennent et la majorité ne veut jamais revivre ce genre de chose », analyse Mienke Steytler de l’Institut sud-africain des relations entre les races.

En effet de par son histoire, le pays a un tel rapport à la discrimination, que tout est mis en place pour permettre une coexistence malgré la diversité.

Toutefois, il faut bien le dire, le pays est fortement fragilisé socialement ce qui par moment entraîne des dérives comme ce fut le cas il y a deux ans avec des attaques à caractère xénophobe. Il faut donc traiter cet écart de façon sérieuse.

Commentaires

commentaires