​HÉRITAGE CAPILLAIRE: LES COIFFURES TRIBALES 

Les cheveux ont une importance capital au sein de notre communauté. Des nattes au tissage, l’Africain veille à son accessoire principal: sa coiffure.
Cette importance remonte à nos ancêtres pour lesquels la coiffure était synonyme d’identité ethnique. En effet, nous pouvons dénombrer plus de 2000 groupes ethniques en Afrique.
Malgré nos multitudes culturelles, il est intéressant de voir que des aspects similaires revenaient parmis toutes les tribus. Le livre Hair Story: Untangling the Roots of Black Hair in America de Lori L. Tharps, Ayana D. Byrd décrit les différentes caractéristiques que nous pouvions retrouver.

-L’importance sociale

«Au début du quinzième siècle, les cheveux servaient de porteurs de messages dans la plupart des sociétés ouest-africaines.» 

Au sein de ces communautés, les cheveux communiquaient souvent l’âge, l’état matrimonial, l’identité ethnique, la religion, la richesse et le rang dans la communauté. Les coiffures pourraient également être utilisées pour identifier une région géographique. Par exemple, dans la culture wolof du Sénégal, les jeunes filles se rasaient partiellement les cheveux comme un symbole extérieur montrant qu’elles ne faisaient pas la cour. Les Karamo du Nigeria ont été reconnu pour leur coiffure unique (une tête rasée avec une seule touffe de cheveux gauche sur le dessus).  Par ailleurs, les femmes veuves cessaient de s’occuper de leurs cheveux pendant leur période de deuil de sorte qu’elles n’auraient pas l’air attrayantes pour les hommes.

Et en ce qui concerne les leaders communautaires, ils étaient revêtus de coiffures élaborées. Et la royauté portaient souvent un chapeau ou un casque, comme symbole de leur stature.

-Signification esthétique

Tout comme l’importance sociale des cheveux était pimordiale, il en était aussi son attrait esthétique. Selon Sylvia Ardyn Boone, anthropologue spécialisée dans la culture Mendé de Sierra Leone, «les communautés d’Afrique de l’Ouest admiraient une belle tête de cheveux longs et épais sur une femme. Une femme aux longs cheveux épais démontraient la force de vie, le pouvoir multiplicateur de la profusion, la prospérité, une «pouce verte» pour les femmes abondantes et de nombreux enfants en bonne santé ». Les cheveux devaient aussi être soignés, propres et disposés dans un certain style. Les styles n’étaient pas limités aux nattes collées, et d’autres styles tressés. Ils concernaient ont également les cheveux avec des ornements tels que perles et coquillages de cowrie.

-Importance Spirituelle

Tout comme les cheveux ont été élevés pour des raisons sociales et esthétiques, son lien spirituel a également servi à accroître sa signification. Beaucoup d’africains croyaient que les cheveux étaient une façon de communiquer avec l’Être Divin. Selon Mohamed Mbodj, professeur agrégé d’histoire à l’Université de Columbia et originaire de Dakar, au Sénégal, «le cheveux est le point le plus élevé de votre corps, ce qui signifie qu’il est le plus proche du divin». À travers les cheveux,beaucoup croyaient qu’un seul brin de cheveux pouvait être utilisé pour lancer des sorts ou infliger des dommages. 

Cela explique mieux la célèbre phrase de Mugabe “C’est dur d’ensorceler une fille africaine de nos jours. Chaque fois que tu amènes un bout de ses cheveux à un sorcier, c’est une brésilienne innocente qui devient folle, ou alors une usine en Chine qui prend feu”.

Et vous connaissez-vous, vos coiffures ethniques ?

Commentaires

commentaires