CLARISSA JEAN-PHILIPPE : « LA VICTIME OUBLIÉE » DES ATTENTATS DE JANVIER 2015

Y a-t-il seulement une vie plus importante qu’une autre ? La douleur des parents d’un homme Noir compte – t – elle moins que celle des parents d’un homme Blanc ? Les larmes d’une famille Noire sont-elles moins salées que celle d’une autre ? Les Noirs sont-ils destinés à mettre leur vie en péril quotidiennement pour protéger encore et toujours les intérêts des Blancs sans jamais avoir de reconnaissance ? L’histoire des tirailleurs sénégalais se répéterait-elle avec Clarissa Jean-Philippe ? Autant de questions que l’on se pose sans cesse lorsque la seule récompense que le peuple noir a n’a jamais été que l’ingratitude.

Les 7, 8 et 9 janvier 2015, la France vivaient des jours sombres. Les membres du journal Charlie Hebdo ont été attaqués, faisant 12 morts, le 7 janvier 2015. Dans la journée d’après, le 8 janvier Clarissa Jean-Philippe âgée de 26 ans seulement , mourrait sous les balles d’Amedy Coulibaly, à quelques mètres au sud de Paris. Enfin, le 9 janvier, soutenu par ses complices sous la direction des frères Kouachi, ils faisait quatre autres victimes lors de la prise d’otages dans l’épicerie cacher de porte de Vincennes.

Mais alors que dans la journée du 5 janvier 2017, la maire de Paris, Anne Hidalgo, le ministre de l’Intérieur Bruno le Roux et la secrétaire d’État chargée de l’Aide aux victimes Juliette Méadel, ont rendu hommage aux victimes de Charlie Hebdo à 11h devant les anciens locaux du journal au n° 10 de la rue Nicolas-Appert à Paris dans le XIe arrondissement, puis au policier Ahmed Merabet, boulevard Richard Lenoir à 11h20 et enfin, aux victimes de l’Hyper Cacher, Porte de Vincennes à 11h40. On ne peut s’empêcher de se questionner : Et Clarissa ? Pourquoi n’a-t-elle pas été associée à ces hommages ? Vous vous en doutez, la municipalité à réponse à tout puisque l’attaché presse répondra selon LCI : « Les hommages sont organisés par la Ville de Paris pour les attaques perpétrées sur le territoire parisien ». Alors que la policière à été abattue à seulement 550m de Paris.

Poussant le vice plus loin, Ambre Cerny, cheffe de cabinet de Juliette Méadel n’avait pas manqué de préciser dans un tweet : »commémorations des attentats des 7 et 9 janvier 2015″. D’accord ! Mais alors à quand l’hommage à Clarissa ? Contactée par LCI, la mairie de Montrouge a tout fièrement répondu qu’un « dépôt de gerbe de fleurs aurait lieu le 9 janvier à 11h, en présence de la ministre d’Outre-Mer Ericka Bareigts, présente depuis le début à chaque commémoration pour Clarissa ». Et alors le ministre de l’intérieur et la secrétaire d’État chargée de l’Aide aux victimes ?

L’entourage de Bruno le Roux confirmera à LCI, que le ministre de l’Intérieur ne se rendrait pas à l’hommage de Clarissa et confirmera par là même la présence de la ministre d’Outre-Mer. Quand à Juliette Méadel ? « Elle sera à l’Unesco où aura lieu la Première conférence internationale pour l’aide aux victimes en compagnie d’une vingtaine de ministres et de représentants étrangers », nous indique son cabinet.

Triste réalité que vit la mère de Clarissa pour laquelle sa fille était la « victime oubliée ». En janvier 2016 elle disait déjà « Elle est morte seule, entre deux gros attentats, alors on en parle moins ». Elle avait déjà raison puisque sa fille est bien l’oubliée de ce massacre.

NegroNews

Commentaires

commentaires