CÔTE D’IVOIRE : DES SALONS DE COIFFURES TRANSFORMÉS EN SALONS LITTÉRAIRES

En Afrique, on parle beaucoup de l’éducation des femmes. Elles sont très souvent maintenues au poste de femmes au foyer relayant ainsi leur éducation au second rang. Pour faciliter l’accès à l’éducation par la lecture, la Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire a initié un projet « Femmes et lecture ». Vingt-trois mini bibliothèques ont à cet effet été installées dans des salons de coiffure à Abidjan et à l’intérieur du pays.

Le but de ce projet est de réconcilier les femmes avec la lecture. Chantal Adjiman, directrice de la Bibliothèque nationale et initiatrice du projet lancé en 2012 justifie la mise en place de cette initiative : il “n’existe pratiquement pas de bibliothèques dans nos quartiers” et celles qui existent “ne sont pas fréquentées par la population, encore moins par les femmes”. Elles, qui, au milieu de leur obligations ne trouvent pas toujours le temps de s’évader dans les pages d’un livre. Mais alors si les femmes ne vont pas vers la lecture, laissons la lecture venir à elles.

C’est pourquoi la bibliothèque a décidé d’aller à leur rencontre là où elles se rendent régulièrement : les salons de coiffure. “Les femmes ivoiriennes sont très coquettes (…). Et cette raison peut les maintenir pendant au moins une heure et demie dans un salon de coiffure”, souligne à l’AFP Mme Adjiman. Et cela fonctionne car la même source révèle que certaines femmes viennent « juste pour lire ».


Tour du monde de l’actualité plus légère du jour

NegroNews

Commentaires

commentaires

Archives

%d blogueurs aiment cette page :