​LE WAX, UN VRAI FAUX TISSU AFRICAIN

Sur le marché africain du textile, aucun tissu ne peut véritablement et raisonnablement rivaliser avec le Wax. C’est l’inconscient collectif le tissu afro par excellence. Et pourtant il n’en est rien. 

Le Wax, imprimé sous cire est un produit hollandais et il y est d’ailleurs majoritairement produit. Le tissu venant des Pays-Bas est dans la mode africaine un incontournable et un classique. En portant du Wax, on revendique son africanité, son attachement aux valeurs culturelles.  

La grosse ARNAQUE!!! 
Non seulement, le Wax n’est pas un produit africain, mais en plus, la firme de textile Vlisco n’a aucune unité de production sur le continent. Et pourtant la firme qui en 2014 a fait un chiffre d’affaire de 300 millions d’euros venant essentiellement de l’Afrique. Elle produit annuellement 70 millions de Yards de tissus, 90% de cette production est écoulé en Afrique. 

Les tissus africains ne sont pas peu nombreux mais le combat face au Wax semble être perdu d’avance. 

Ce produit tue les tissus africains, déjà de par son hyper présence. « Là où il y a 100 types de tissus wax, il y en a 5 pour le kente, par exemple. Le choix est vite fait… 

Glam Ethnik est une des seules marques françaises à proposer ‎le kente mais la production en série est une réelle problématique », affirme Ayden ancienne présentatrice et créatrice de la marque Glam Ethnik. 

Ayden n’est pas isolée dans son combat pour faire survivre le tissu africain. Ils sont plusieurs stylistes entre autres, a dénoncer l’hégémonie du tissu hollandais. « C’est dommage qu’un tissu d’importation fasse autant d’ombre à d’autres qui sont réellement africains. Avec le questionnement écologique du moment, autant valoriser des textiles alternatifs et ‎développer les nombreux procédés méconnus du continent comme le tissage du coton faso dan fani, plutôt que de mettre en avant un tissu soi-disant africain, vendu aux Africains, qui n’apporte aucune valeur à l’Afrique. » déplore Nelly Wandji créateur de la plate-forme Moonlook. 

Par le biais de cette plate-forme, il entend donner de la visibilité à tous ses irrésistibles africains qui ont choisis de résister à l’invasion hollandaise. ‎Christie Brown et ses créations afro-futuristes, Palm Style et ses escarpins chics en raphia, le label Tongoro, Re Bahia, Tsemaye Binitie. 

Tous ses artistes libérés de la tutelle pesante du wax entendent redonner aux tissu africain toute sa noblesse.
 ‎

Commentaires

commentaires